Cueillettes de plantes sauvages en novembre

Cueillettes de plantes sauvages en novembre

Il fait gris, il pleut un peu mais j’en avais marre d’être enfermée à l’intérieur. Donc je suis sortie emmitouflée pour faire un tour. J’emmène toujours mon sac bien sûr au cas où que je tombe sur des plantes sauvages comestibles que je puisse cueillir. Donc on va voir quelles cueillettes de plantes sauvages on peut faire en novembre.

Le gaillet gratteron

Ici il y a du gaillet gratteron. Les feuilles sont en verticilles, donc comme en étoile autour d’un même point sur la tige. Et on sent ça gratte un peu – « gratteron » – donc il y a des petits aiguillons qui font que ça tient sur les vêtements par exemple. Ce qui est bon à cette époque ce sont les toutes petites pousses du haut, où justement ces petits aiguillons ne sont pas encore très développés. Le goût est assez doux et c’est très sympa en salade par exemple ou alors dans une poêlée de légumes.

L’ail des vignes

Alors ici nous avons de l’ail des vignes, c’est super bon. Le goût se situe entre la ciboulette et le vert de poireau. La feuille n’est pas tout à fait ronde comme c’est le cas pour la ciboulette mais sur un côté il y a comme une gouttière, c’est caractéristique de l’ail des vignes. Si vous goûtez vous trouvez vraiment le goût d’ail, c’est super bon. On en trouve plus au printemps mais ils commencent à pousser en ce moment. Pour distinguer l’ail des vignes des herbes qui sont à côté ce n’est pas forcément toujours évident. L’ail des vignes a bien la couleur glauque, ce qu’on appelle « glauque » entre botanistes, c’est un vert un peu bleuté. En plus l’ail des vignes a les feuilles bien droites, c’est comme ça que j’arrive à les distinguer des feuilles des graminées qui sont un peu plus souples en général.

Le pissenlit – indispensable des cueillettes de plantes sauvages en automne

Tout le monde connaît le pissenlit. Par contre on dit en général qu’il faut le cueillir au printemps. Mais à l’automne j’aime beaucoup cueillir des feuilles de pissenlit parce que les rosettes sont toutes jeunes, elles viennent de pousser. Elles font donc toujours partie de mes cueillettes de plantes sauvages en automne.Donc on peut se faire de très belles salades de pissenlit à l’automne.

Le mouron des oiseaux ou stellaire

Ici j’ai un peu de mouron des oiseaux, aussi appelé mouron blanc ou stellaire. On pourrait le confondre avec le mouron rouge parce qu’ici il n’y a pas de fleurs visibles en ce moment. Donc comment être sûr que ça soit bien le mouron blanc (le mourons des oiseaux) est pas le mouron rouge qui est toxique ? Pour ça il faut que je regarde sur la tige : si j’ai une rangée de petits poils ça veut dire que je suis bien en présence du mouron blanc, de la stellaire. Le mouron des oiseaux a un goût de petits pois cru ou de maïs cru, c’est très sympa. On peut le manger aussi bien en salade que cuit en épinards.

Si vous aimez cet article vous allez aussi aimer :  Tarte à la renouée du Japon

Le plantain lancéolé

Par ici on a des belles feuilles de plantain, plantain lancéolé, avec ces nervures parallèles. Au centre la rosette on trouve à cette époque encore de belles feuilles bien jeunes qui ont poussé récemment et qui sont assez tendres. Alors même à l’automne on peut se faire des belles cueillettes et en faire un pesto, en mettre dans la salade, faire des poêlées de légumes par exemple.

Oseille sauvage

Juste à côté on a des feuilles d’oseille sauvage, avec les deux petits lobes d’oreille à la base du limbe de la feuille. Ici on voit bien les deux lobes d’oreille, nous songs encore de belles feuilles là dont on peut se faire une omelette à l’oseille. Ou alors on peur en parfumer une salade avec un parfum un peu acide.

La berce commune

J’ai trouvé une jeune feuille de berce commune. Je pourrais la mettre dans une soupe ou dans une poêlée et légumes. En automne on tombe souvent sur des repousses de feuilles, toujours très poilues. J’ai encore vu des individus qui sont en fleurs en ce moment mais c’est plutôt rare. En voilà un : une magnifique berce commune encore en fleurs au mois de novembre. Je n’utilise pas les fleurs qui ne sentent pas bons, par contre on peut cueillir ces splendides  jeunes inflorescences encore en bouton qui sont très bonnes ainsi que les jeunes feuilles.

La grande ortie

Alors là… cette plante manque rarement ! Elles sont très belles les orties ici, une belle station d’orties toutes jeunes. Ce que je vais cueillir ce sont les pointes toujours, les 5 à 10 cm du haut de la plante, pour une bonne soupe, une quiche, même un pesto. Superbe !

Le lamier tacheté

Qu’est-ce qui fleurit en plein mois de novembre… le lamier ! Très très beau, voilà donc le lamier tacheté avec ses fleurs violet clair. C’est une plante sauvage comestible au goût un peu fort. Là aussi je cueille la pointe en haut de la plante. On peut manger les feuilles et les fleurs.

Si vous aimez cet article vous allez aussi aimer :  Fruits d'ail des ours au vinaigre

La menthe à feuilles rondes

Regardez comme elle est splendide cette menthe ! La menthe à feuilles rondes. Superbe… des toutes jeunes feuilles voilà pour les infusions ou même des plats parfumés, un taboulé ou autre.

Les feuilles de violette

Est-ce que vous reconnaissez ces feuilles ? Les feuilles de violette ! Il y a quelques feuilles qui sont belles. Elles qui sont un peu jaunâtres je ne les cueille pas, mais je vais sélectionner les feuilles qui sont belles et bien vertes. Grâce au mucilages qui sont dans les feuilles de violette elles donnent un petit velouté aux soupes. Elles peuvent se manger crues aussi, hachées par exemple dans une salade, ça peut être sympa.

Les fruits de carotte sauvage

Ici c’est carrément un champ de carottes. Il y a même encore quelques carottes en fleurs. Vous voyez la fleur pourpre au milieu, c’est la fameuse « mouche de la carotte » qui permet d’identifier des carottes sauvages. (Elle devient noire après.) Alors ici c’est un peu tard pour cueillir les fruits de carottes. Par contre on voit bien que l’inflorescence est regroupée en nid d’oiseau, donc vous avez les fruits qui se trouvent à l’intérieur. Mais quand les fruits sont secs comme ici ils sont moins bons. Là j’en ai trouvé ! Des fruits de carottes au bon stade. Vous voyez, les fruits sont encore un peu verts, donc ils sont au bon stade pour les cueillir afin d’avoir un maximum de goût. Avec les fruits de carotte sauvage on peut faire les crèmes dessert, on peut parfumer des poilées de légumes etc.

Un sac plein de cueillettes de plantes sauvages

Petit à petit mon sac s’est rempli ! Vous voyez, même en plein mois de novembre je vais pouvoir remplir mes assiettes de cueillettes de plantes sauvages bien fraîches et pleines de vitamines. Je vous invite à prendre votre doudoune et de sortir pour voir ce qui pousse vers chez vous.

Si vous voulez avoir des idées de recettes suivez les liens dans le texte, vous en trouverez. 😉

Partager l'article :

6 thoughts on “Cueillettes de plantes sauvages en novembre

  1. Bonjour et merci pour vos articles de saison fort intéressants. Que pensez-vous des feuilles de panais sauvage ? À cette saison, j’en ai plein de pieds nouveaux qui sortent dans mon jardin ; les jeunes feuilles pourraient sans doute agrémenter des soupes ? Je n’ai encore jamais essayé.

  2. Bonsoir Nathalie.

    Parfaits vos commentaires et recettes sur les plantes.Continuez.
    P S.Si vous passez près de Gisors,vous serez la bienvenue .
    Sincèrement Patrick Fallot

  3. j’ai 88 ans, jardinier depuis mes 20 ans, et j’ai toujours jeté le mouron comme mauvaise herbe dès ce printemps je vais y gouter, ainsi que les feuilles de mes panais que je cultive tous les ans

Laisser un commentaire