Pâte à beignets de fleurs de carotte sauvage

Beignets de fleurs de carotte sauvage

On a l’habitude de trouver des carottes dans tous les marchés et supermarchés et ce partout dans le monde. Mais saviez-vous que l’ancêtre sauvage de notre carotte cultivée poussait en bas de chez vous ? Je vous explique tout ce que l’on peut manger dans la carotte sauvage et je vous prépare de délicieux beignets de fleurs de carotte 🙂

La carotte sauvage pousse en abondance dans des endroits bien ensoleillés. Ses élégantes inflorescences au bout de tiges robustes et ramifiées déploient leur blanche légèreté tout au long de l’été au bord des routes et dans les prairies plutôt sèches.

Jeune inflorescence de carotte
Jeune inflorescence de carotte

Je vous la laisse découvrir en vidéo et je reviens vous apporter ma recette de beignets de fleurs de carotte. 😊

Beignets de fleurs de carotte

Les fleurs de carotte ont une odeur de miel et une saveur aromatique et délicate. Elles se prêtent parfaitement à la préparation de beignets que l’on peut servir en version salée ou sucrée

Ingrédients

  • 100g de farine (j’ai pris de la farine de sarrasin pour la version salée, de la farine d’épeautre pour la version sucrée)
  • 1 œuf
  • 150ml d’eau
  • 1 bonne pincée de sel
  • Une vingtaine d’inflorescences de carotte sauvage avec la tige
  • Huile d’olive
  • Du sucre pour la version sucrée

Pâte à beignets et fleur

Préparation des beignets de fleurs de carotte

Verser la farine dans un saladier. Casser l’œuf au centre. Ajouter petit à petit l’eau tout en mélangeant au fouet. Ajouter la pincée de sel.

Laisser reposer 30 minutes. Vérifier la consistance de la pâte et ajouter un peu d’eau au cas où elle soit trop épaisse.

Chauffer une cuillerée d’huile dans une poêle.

Tremper la première inflorescence de carotte dans la pâte en la tenant par la tige. Laisser égoutter un peu afin de ne pas enrober les fleurs dans trop de pâte et poser dans la poêle. Faire cuire 1 minute et retourner. La tige se trouve maintenant en dessous du beignet et il peut être utile d’aider la cuisson en appuyant de temps en temps sur le beignet avec la spatule.

Procéder ainsi pour toutes les fleurs.

Beignets de fleurs de carotte poêle

J’ai fait le choix de faire cuire mes beignets à la poêle ce qui évite d’utiliser trop d’huile. L’inconvénient consiste en le fait de devoir retourner le beignet pour le faire cuire de chaque côté ce qui n’est pas le cas quand on plonge les fleurs dans un bain d’huile. Pour une grande quantité de beignets, je préférerais le bain d’huile mais cela demande de sortir des outils spécifiques. La poêle est toujours à portée de main et elle est vite nettoyée après cuisson.

Les beignets peuvent être mangés salés avec une salade ou en accompagnement d’un plat principal. Ou alors vous les servez saupoudrés de sucre en goûter sauvage ou en dessert tout en l’accompagnant d’une compote maison par exemple… C’est amusant de croquer le beignet tout en le tenant par la tige. En plus c’est bon, c’est bon pour la santé, c’est local et les fleurs sont gratuites… On a besoin de quoi de plus pour être heureux ?! 😊

Beignets de fleurs de carotte

Soyez à 100 % sûr qu’il s’agisse bien de la carotte sauvage et pas d’une autre ombellifère… ! Consultez notre planning de sorties et stages pour venir sur le terrain et apprendre les bonnes astuces de reconnaissance :

A bientôt dans la nature !

 

Transcription texte de la vidéo

Bonjour. Vous vous êtes déjà posé la question d’où viennent les carottes ? Parce que avant l’invention de l’agriculture il y a dix mille ans nous nous nourrissions uniquement d’animaux sauvages et de plantes sauvages… Alors où est ce qu’on a trouvé la carotte?

Je vous présente la carotte sauvage, l’ancêtre de notre carotte cultivée. Alors j’en ai déterré une là, une carotte sauvage. Vous voyez la racine, elle est blanche, plus fine et elle est plus fibreuse que la carotte cultivée. L’intérieur est assez dur, mais l’extérieur est assez tendre et on a le même goût que la carotte cultivée.

De la carotte sauvage à la carotte cultivée

Donc c’est avec ça qu’on a commencé la culture de la carotte. Et petit à petit l’homme a sélectionné les racines les plus grosses, les plus charnues, les plus juteuses pour arriver à la carotte que l’on connaît aujourd’hui. Par contre la variété orange n’est arrivée qu’au 17ième

siècle en hollande. Et à partir de ce moment-là elle a fait le tour du monde.

Alors comment reconnaître la carotte sauvage ?

La carotte sauvage fait partie des ombellifères, ça s’appelle « apiacées » aujourd’hui. Donc elle a une inflorescence en forme d’ombelle. Tous les pédoncules partent du même endroit sur la tige et sa forme une belle ombelle de fleurs blanches. Dans la famille des ombellifères il y à des plantes très toxique donc il faut bien être sûr d’avoir identifié la carotte sauvage avant de la manger.

Les caractéristiques de la carotte sauvage c’est entre autres les bractées, les belles bractées, donc ces petites folioles très découpées en dessous de l’inflorescence. Et dans la fleur, au milieu de la fleur vous voyez un point noir, ça c’est une fleur stérile qui est d’abord pourpre et qui devient après noire. C’est caractéristique vraiment de la carotte sauvage. Si vous avez ça vous êtes devant une carotte sauvage. Mais pas toutes les fleurs de carottes ont cette “mouche de la carotte”, on appelle ça aussi comme ça.

La carotte sauvage est poilue et elle a des feuilles très découpées. Mais ça, plusieurs plantes de cette famille ont les feuilles très découpées comme ça, par contre celles de la carotte vont avoir un bon parfum de fanes de carottes.

Qu’est-ce que l’on mange dans la carotte sauvage ?

On peut bien sûr manger les racines, par contre on les déterre plutôt en automne et en hiver. C’est là que la carotte va faire ses réserves à la fin de la première année. C’est une bisannuelle : la première année elle ne va faire que des feuilles. Pendant l’hiver elle va faire des réserves dans sa racine. Donc c’est là qu’on cueille les racines. Et la deuxième

Année, elle va faire sa tige avec ses inflorescences, faire ses fruits et mourir après. Donc on cueille la racine de la carotte à la fin de la première année.

Feuilles et fleurs

Après on peut manger les jeunes feuilles. C’est bon en soupe, en légume, quand c’est bien jeune on peut aussi les hacher, les mettre dans une salade…

Et après on mange les fleurs. Les fleurs sont très bonnes, elles ont un parfum un peu de miel et c’est assez aromatique mais délicat. On peut les mettre dans les salades, on peut faire des desserts avec… Ce midi c’est beignets de fleurs de carottes ! Je vous mettrais la recette.

Fruits de la carotte sauvage

Et après, quand les fleurs se transforment en fruits, on peut également manger les fruits qui

sont très aromatiques. Elles sont enfermées comme dans un nid d’oiseau. L’inflorescence va se resserrer et faire comme un nid d’oiseau et à l’intérieur il y a les fruits, et on peut donc les utiliser pour aromatiser des légumes des céréales des viandes et des desserts. C’est très bon mais c’est assez fort en goût.

Voilà pour la carotte sauvage, il y en a un peu partout, c’est vraiment un légume de chez nous. Même si aujourd’hui on en cultive, elle est toujours là dans la nature.

Si la vidéo vous a plu n’hésitez pas à la partager et rendez- vous sur mon blog https://plantes-sauvages-comestibles.com pour des recettes, des astuces et des articles complets sur les plantes sauvages comestibles.

A bientôt !

Beignets de fleurs de carotte assiette

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 thoughts on “Beignets de fleurs de carotte sauvage

  1. Quelle magnifique découverte !!
    A l’idée de savoir qu’il est possible aussi de l’utiliser pour les desserts, c’est génial.
    Désormais, je regarderai la nature environnante avec un oeil avisé.
    Quand je dis que Madame Nature nous offre tout ce dont on a besoin.
    Bravo et merci pour le contenu très instructif !!

Laisser un commentaire