Sirop de baies de sureau flasques

Sirop de baies de sureau

Sirop de baies de sureau

En septembre, on récolte les fruits noirs du sureau qui se penchent en grappe de ce petit arbre qui par sa taille est généralement bien accessible et facilement reconnaissable. On les utilise pour confectionner le sirop de baies de sureau, un sirop fruité qui trouve sa place dans de nombreux desserts et dans la trousse à pharmacie de l’amoureux/se de nature.

Description du sureau noir

On connait le sureau noir (Sambucus nigra) surtout pour ses fleurs blanches, mais on l’appelle “noir” à cause de ses fruits. Il existe également le sureau rouge (Sambucus racemosa) qui a des fruits rouges, on le trouve surtout en altitude.

Le sureau noir pousse un peu partout en France. Il aime les endroits riches en azote on le trouve donc souvent proche des fermes et des villages, dans des haies, et dans des endroits abandonnés. Là où il y a une maison en ruine c’est rare que le sureau ne s’y installe.

C’est un arbuste qui n’atteint pas plus de 6 mètres et qui est connu pour ses branches remplies d’une moelle blanche. Sèches elle se creusent facilement et on peut s’en servir pour fabriquer de petits instruments à vent comme des sifflets. L’écorce du sureau est recouverte de lenticelles liégeuses lui donnant un aspect de bois mort.

La floraison du sureau est tardive, c’est à dire qu’il déploie son feuillage avant de se mettre à fleurir. Les feuilles sont composées de 5 à 7 folioles pétiolulés (c’est à dire que chaque foliole a un pétiole bien à lui, le pétiole étant – pour faire simple – la “tige” de la feuille), ovales-acuminées (pointues au bout) et dentées. En gros, chaque feuille est composée de 5 petites feuilles ovales et dentées qui terminent en pointe. (Je vous ferai un article sur les termes botaniques pour décrire les organes d’une plante.)

Sureau en fleurs

Photo Jean-Claude Thiebaut

Aux mois de mai et juin, les arbustes se remplissent de jolies corymbes de fleurs blanc crème  qui leur donnent un joyeux aspect de fête, de dentelle, tout en rêverie et en paix.  Chaque petite fleur a 5 pétales soudés et des anthères jaunes (partie terminale de l’étamine qui renferme le pollen).

L’arbre protecteur

J’aime me poser devant une plante ou un arbre et ressentir la poésie qu’ils dégagent. Je ne suis pas la seule à y voir danser une joyeuse ronde de fées.

Si vous aimez cet article vous allez aussi aimer :  Sorties et stages plantes sauvages comestibles

Pour les teutons le sureau noir abritait l’esprit protecteur des maisons, la “Dame Holle”. En Alsace et en Suisse, en Bavière et en Suabe on vénérait cette déesse pour sa bonté, porteuse de lumière, de guérison et de fertilité en lui déposant des offrandes au pied du sureau. En Tyrol on disait de tirer le chapeau devant un sureau.

Vous connaissez peut-être les beignets de fleurs de sureau ou avez goûté à la limonade de fleurs de sureau que l’on prépare au printemps – des délices dont je vous reparlerai sûrement plus tard.

Mais aujourd’hui, je veux vous parler d’une préparation à base des fruits que l’on peut ramasser fin août et en septembre.

Confusion possible !

Attention : Ne confondez pas les fruits du sureau noir avec ceux du sureau hièble (Sambucus ebulus) ! Le sureau hièble est toxique donc méfiance !! Par contre, il reste facile de faire la différence : Le sureau hièble est une plante herbacée, pas un arbuste, et ne monte qu’à maximum 2 mètres de hauteur. Ses “grappes” (corymbes) de fruits sont toujours tournées vers le haut alors que les fruits du sureau noir qui nous intéressent ici tombent en grappe vers le bas. On retient : Le sureau hièble regarde vers le haut, le sureau noir regarde vers le bas (pour les fruits).

Baies de sureau noir

Vertus et utilisations des baies de sureau

Ces baies de sureau sont antioxydantes grâce à leur teneur en anthocyanes et riches en vitamines. Elles stimulent les défenses immunitaires. On serait alors tenté de les consommer crues mais…. non : crues elles peuvent provoquer des diarrhées et des vomissements.

Selon certains auteurs il est préférable d’éliminer les graines qui sont “plus ou moins toxiques ou tout au moins laxatifs (Gérard Ducerf, l’encyclopédie des plantes bio-indicatrices, volume 2). A mon avis, en petites quantités, les baies cuites avec leur graines ne posent  pas vraiment de problèmes. Dans la littérature allemande on trouve de nombreuses recettes de compotes, gâteaux et entremets à base de baies entières, non débarrassées de leurs graines (Susanne Fischer-Rizzi, Blätter von Bäumen). Mélangés à d’autres fruits (pêches, pommes, poires) j’en faisais de jolis crumbles multicolores dans mon restaurant. Aucun client ne s’est plaint suite à la dégustation.

Si vous aimez cet article vous allez aussi aimer :  Les fleurs d'ail des ours

En parlant de multicolore… Les baies de sureaux étaient utilisées autrefois pour teindre des tissus. Alors attention aux tâches !

La recette que je veux vous présenter ici est celle du sirop de baies de sureau (une recettes sans graines). Il est délicieux sur un dessert, un fromage blanc fermier, avec une pomme au four, une poire au vin…  En plus il vous protège pendant la saison froide en stimulant vos défenses immunitaires !

Cette recette utilise du miel pour coupler les vertus du sureau et du miel frais. Gardez quelques fioles de sirop de sureau au frigo pour les coups de froid : Dès que vous sentez que la gorge commence à gratter, le nez à piquer…Quelques cuillerées de sirop de sureau ! Et en cure pendant la grippe pour la faire partir plus vite.

Voici la recette :

Sirop de baies de sureau

Vous avez besoin de

  • un petit panier de baies de sureau = deux bols de baies égrappées
  • un demi citron bio
  • quatre clous de girofle
  • un morceau de gingembre frais de la grosseur d’une noix
  • un bol de miel

Panier de baies de sureau

Laver et égrapper les baies.

Baies de sureau égrappées

Les placer dans une casserole avec un demi citron, les clous de girofle et le gingembre haché. Couvrir d’eau et mettre à cuire.

Baies de sureau après cuisson

Après 15 à 20 minutes de cuisson, l’eau s’est en partie évaporée.

Optention du jus de sureau

Passer à travers un tamis et presser fort pour sortir l’ensemble du jus (on peut aussi utiliser un moulin à légumes). Laisser refroidir.

Jus de sureau et miel

Une fois le jus à température ambiante verser le miel et bien mélanger. Il est important de bien laisser refroidir le jus de sureau avant de verser le miel pour garder toutes les propriétés de ce dernier.

Sirop de biaes de sureau

 

Le sirop est prêt à être dégusté !

Il se conserve plusieurs mois au frais dans un bocal ou une bouteille fermée.

Vous voilà parés pour le prochain coup de froid et pour donner une touche originale à un dessert quand vos amis débarqueront à l’improviste !

Partager l'article :

20 thoughts on “Sirop de baies de sureau

  1. Merci pour cette recette mais pourriez-vous mettre en plus de la photo de la bonne plante, une photo de celle avec qui il ne faut pas la confondre (ex sureau hièble). Bonne cueillette

  2. Aloha et merci pour ces conseils 🙂

    quand vous dites conservation au frais, une cave fraiche peut-elle suffire ou faut-il obligatoirement le mettre au frigo?
    Merci et très belle journée à vous 🙂

    1. Bonjour, si la cave est bien fraîche ça ira bien. Par contre le sirop à base de miel se conserve moins longtemps que le sirop à base de sucre c’est pour cela que personnellement, je le mets au réfrigérateur pour prolonger sa conservation.

  3. Bonsoir,
    J’ai tres récemment ramassé des baies de sureau pour en faire du sirop mais selon la methode kôso, cad un sirop de fruits crus et fermentes ds du sucre…Neanmoins j’ai un doute par rapport aux effets « toxiques » de l’utilisation des baies crues. Je ne trouve pas d’infos la dessus, en auriez-vous ? Merci

  4. Bonjour,

    J’ai découvert dans l’article suivant une mention par rapport à cela qui dit que ces substances seraient transformées par la fermentation : https://www.pilonnutrition.com/articles/recettes/vinaigre-de-baies-de-sureau

    Je n’ai pas d’autres informations à ce sujet mais ça me semble cohérent. En plus quand on utilise du sirop il est rare qu’on en abuse. Généralement quelques grappes de sureau cru sont tolérées avant d’avoir des effets vomitifs.

    Comment faites-vous votre sirop par fermentation ?

  5. Bonjour 🙂
    Merci beaucoup pour vos belles recettes.
    J’ai fait le sirop! Avez-vous un conseil pour revaloriser le moût ? Peut-on faire autre chose avec ?
    Merci,

  6. Bonjour Nathalie, merci pour votre blog où je vais régulièrement puiser des informations et des idées.
    Je viens de faire une compote pomme-baies de sureau en passant à la moulinette à légumes le contenu du panier de l’extracteur à vapeur après extraction du jus. Plus de sureau que de pommes, dans pas mal de jus de citron, très peu de sucre. J’y ai fait infuser quelques feuilles de verveine. Le résultat est sympa!
    Quant au jus (plus de pommes que de sureau), je le trouve un peu décevant, c’est sans doute mieux avec les baies de sureau seules. Là aussi, citron et verveine. Donné un bouillon et mis en bouteille chaud. Cela suffira-t-il pour le conserver sans congélation, à votre avis?
    Merci pour vos éventuels conseils.
    Martine

    1. Bonjour Martine,
      Bonne idée de mettre de la verveine.
      Pour conserver le jus il faudra le stériliser à mon avis ou alors le consommer rapidement. Car sans ajout de sucre (comme pour une confiture ou un sirop) ça risque de se détériorer rapidement.
      Sinon il y a la congélation.
      J’ai fait une glace minute avec du jus de sureau congelé, une banane congelée et un peu de purée d’amande. Le tout passé au blender. Fameux !

  7. Bonjour Nathalie,
    Merci pour ton blog, je m’y réfère souvent.
    Dans cet article, tu parles de « bols » pour définir une quantité. Ici, au Québec, ça ne correspond à rien de précis. Pourrais-tu me donner une quantité équivalente en ml ?
    Merci,
    Marie

  8. Bonjour Nathalie,

    Merci pour la recette en prépa de l’hiver. Vous rajoutez le miel pour la conservation (c’est pour remplacer le sucre) ? un bol de miel en quantité, environ ? Certains compte 90g de sucre pour 100ml de jus.

    Bien à vous, naturellement.

  9. Bonjour Nathalie
    Merci pour tout ce que vous partagez et j’adore vos vidéos 😊.
    J’ai fais mon premier sirop de baies de sureau mais je le trouve très liquide, pas sirupeux 😕 pourtant j’ai mis du miel 1pour 1. Et j’avais bien fait diminuer la 1ere phase..
    Merci pour vos conseils
    Francine

Laisser un commentaire