Pistou

Pistou à l’ortie

L’ortie est la plante sauvage comestible la plus connue avec le pissenlit et le sureau. Et pourtant, je rencontre régulièrement des personnes qui n’y ont jamais goûté.

J’incite toutes celles et tous ceux qui n’ont encore jamais mangé d’ortie à le faire sans tarder ! Car elle présente de nombreux avantages et bienfaits.

  1. Tout le monde sait reconnaître l’ortie

Pas besoin d’être expert en botanique ou de participer à des stages pour l’identifier. Les poils qui piquent sont plus parlant que tout guide de botanique.

  1. L’ortie pousse partout

L’ortie aime les sols riches et se trouve de ce fait souvent proche des habitations, des fermes et partout où on accumule des matières organiques.

  1. Elle peut être cueillie toute l’année

On trouve l’ortie toute l’année. Après une fauche, elle repart d’aussi belle et on peut renouveler sa cueillette à toutes les saisons.

  1. L’ortie a plein de bienfaits sur la santé

Riche en minéraux, notamment en fer, riche en vitamines, en chlorophylle, en protéines complètes, l’ortie est un vrai boosteur de l’organisme. Elle l’aide également à se libérer de ses toxines.

  1. Elle est bonne au goût

Son goût est comparable à celui des épinards sans l’acidité et en plus aromatique. Personnellement, j’adore !

  1. L’ortie est gratuite

C’est quand même un bon argument pour aller à la cueillette !

 

Alors avec tout ça, je ne sais pas ce qui nous empêche encore d’aller en ramasser !

Ortie dioïque en fleurs

J’en conviens, elle pique…

Mais mettez dans votre sac une paire de gants, comme ça, à la prochaine occasion, vous serez équipé.

Je vous rassure, une fois cuite ou même tout simplement hachée ou mixée, l’ortie ne pique plus !

Vous ne savez pas si les endroits où vous trouvez l’ortie sont pollués…

Cherchez des chemins à l’écart des routes, des industries et des grandes cultures. Mais relativisez : s’il vous arrive de manger autrement que 100% bio… votre plat d’orties ne sera pas plus pollué que le repas à la cantine.

Vous avez peur des parasites sur les plantes sauvages

Dans la plupart des préparations, on fait cuire l’ortie. Dans ce cas, il n’y a aucun problème. Les deux parasites qui posent question sont détruits à la cuisson.

Pour ce qui est de la douve du foie, évitez les cueillettes dans les prés humides où pâturent des vaches, moutons et chevaux ainsi que les cueillettes dans et aux abords des cours d’eau qui traversent un pré pâturé. Pour aller plus loin, je vous conseille la courte et très bonne vidéo qui explique le cycle d’évolution de la douve du foie.

Pour ce qui est de l’échinococcose, il faut savoir qu’elle n’est pas uniquement transmise par les déjections des renards mais aussi par ceux des chiens et des chats. D’après le ministère de l’agriculture, on ne dénombre pas plus de 30 cas d’échinococcose par an. Pour aller plus loin, vous pouvez aller voir les recommandations officielles.

Les régions de France où la maladie est présente sont l’Est de la France et l’ouest du Massif Central.

Personnellement, je me demande pourquoi on parle de cette maladie seulement en lien avec les plantes sauvages mais pas en lien avec les cultures maraîchères de plein champ. A chacun de fixer son curseur de crainte et d’agir en fonction.

Vous ne savez pas à quel stade de l’évolution de l’ortie il faut la cueillir…

Si vous souhaitez récolter les feuilles, le mieux c’est de les cueillir avant la floraison. C’est-à-dire avant que se forment les petites grappes vertes autour de la tige. Les feuilles restent comestibles mais changent de goût pour une saveur rappelant légèrement le poisson.

Les graines d’ortie se récoltent en début d’automne quand elles brunissent.

Vous ne savez pas comment la cueillir

Prenez des gants, un panier ou un sac en toile et pincez entre vos doigts la pointe de l’ortie, c’est à dire les 5 à 10 cm au sommet de la plante. Cela correspond à la partie la plus jeune, la plus tendre et la plus propre.

Pour les graines, récoltez la tige avec les grappes mûres et mettez les tiges dans un sac. A la maison, il faudra les étaler, les faire sécher et les détacher les graines des tiges en les frottant. Bien séchées, on peut les conserver dans un bocal pendant plusieurs mois.

Panier de cueillette

Vous ne savez pas comment préparer l’ortie…

Il y a des possibilités innombrables de plats avec notre plante magique. Je vous fais une liste ? Allez :

  • En soupe avec des pommes de terre ou de la courge ou des patates douces
  • Velouté de courgettes à l’ortie
  • Quiche
  • Gratin aux pommes de terre et à l’ortie
  • Chaussons ortie et chèvre (trouvez ma recette ici)
  • Crêpe farcie à l’ortie (vous trouvez la recette dans mon livret de recettes gratuit)
  • Purée de pommes de terre à l’ortie
  • En poêlée avec d’autres légumes
  • Cuite deux minutes à la vapeur et servie avec un filet d’huile
  • Flan à l’ortie
  • En omelette
  • Les pointes cuites à la façon des épinards
  • Coulis d’ortie à la crème pour accompagner un poisson
  • En farce avec des oignons pour farcir un potimarron, un poisson, une volaille
  • Pistou d’ortie (voir la recette plus loin dans l’article)

Quiche à l'ortie

Vous vous dites que votre famille n’aimera pas

Si vous voulez faire goûter l’ortie à toute la famille (surtout si leur palais est habitué à des saveurs classiques), ne faites pas le choc-test à la soupe 100 % ortie. Les ados « pates-patates-pizzas » et les viandards de première réagiront mieux si vous commencez par un velouté potimarron-ortie par exemple. Ou par votre quiche classique à laquelle vous ajoutez un peu d’ortie. Comme-ça, vous faites plaisir à tout le monde. Et la prochaine fois, vous en mettrez plus ! 😉

Vous trouvez une description détaillée de l’ortie avec des informations sur ses bienfaits et ses diverses utilisations dans mon article complet écrit au sujet de cette plante extraordianaire.

Allez, c’est parti pour ma recette !

Pistou à l'ortie

Pistou à l’ortie

Dans cette recette, on utilise la plante crue. Une fois mixée, elle perd ses propriétés urticantes.

Ingrédients

  • 80 g de noisettes décortiquées
  • 80 g de pointes d’ortie
  • 80 g d’huile d’olive
  • 1 gousse d’ail
  • Jus d’un citron
  • Sel

Préparation

Dans le bol du blender, hacher les noisettes.

Ajouter l’ortie lavée et essorée, l’huile d’olive, l’ail, le jus de citron et le sel.

Mixez jusqu’à obtention d’une pâte.

Servez ce pistou sur des tartines, en accompagnement de légumes, de pâtes ou d’un poisson.

Pistou

S’il y a encore quelque chose qui vous empêche de manger des orties, s’il vous plaît, dites-le-moi !

Sinon… je vous souhaite une bonne cueillette !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

4 thoughts on “Pistou à l’ortie

  1. Bonjour Nathalie!
    Dans ta liste de ce qu’on peut faire avec l’ortie tu as oublié le soufflé aux orties! Je me régale justement!
    Danielle

Laisser un commentaire