Le thym commun pour aromatiser et se soigner

J’ai eu la chance de croiser récemment le thym commun sauvage (thymus vulgaris) dans les garrigues des Pyrénées Orientales. J’en ai profité pour en cueillir un sac entier afin de me faire un stock de thym pour mes infusions et pour aromatiser mes plats. Les huiles essentielles contenues dans le thym font de lui une excellente plante aromatique mais aussi médicinale.

Le thym pousse de préférence dans un climat sec et bien ensoleillé, dans un sol basique et souvent caillouteux. On le trouve dans les garrigues du sud de la France et dans le pourtour méditerranéen jusqu’à 1500 mètres d’altitude. Même si on peut le cultiver dans les jardins de toute l’Europe Centrale, c’est le thym sauvage, celui qui pousse de façon spontanée, qui renfermera le plus de principes actifs.

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Bienfaits du thym sauvage

Car le thym est une plante très intéressante au niveau phytothérapie. Il soigne les affections des voies respiratoires, il est antiseptique, immunostimulant et digestif. On le consomme surtout en infusion mais on peut aussi en préparer du sirop et de la teinture mère (macération dans de l’alcool). Pour plus de détails, je vous conseille l’article de Christophe Bernard.

Le thym commun (thymus vulgaris) fait partie de la famille des Lamiacées comme le romarin, la sauge, le lavande, la menthe etc. Dans cette famille on trouve beaucoup d’espèces avec une teneur assez importante d’huiles essentielles. C’est le cas du thym.

En aromathérapie, on trouve de l’huile essentielle de thym sous les noms de thym à thujanol et thym à thymol. On parle de différents « chémotypes » ou « races chimiques » qui sont différents en fonction du climat, de l’ensoleillement, de la qualité du sol, de l’altitude etc., un peu comme pour le vin. Chaque chémotype a des applications différentes.

L’huile essentielle de thym à thujanol a un large spectre d’emploi (huile essentielle antibactérienne, antivirale, stimulante immunitaire, tonique et régénératrice du foie, neurotonique…) et est généralement bien tolérée. L’huile essentielle de thym à thymol, en plus d’être antibactérienne, antivirale, stimulante immunitaire est aussi antivirale, antiparasitaire, tonique et stimulante générale, digestive et apéritive. Par contre, il faut être prudent sur les doses et ne pas en utiliser sur de longues durées car elle peut affecter le foie (hépatotoxique).

(Source : l’Aromathérapie de Dominique Baudoux)

Le thym en cuisine

Séchées, les feuilles du thym parfument tous types de plats. Personnellement, je l’utilise partout. Le thym frais dans les salades, frais ou séché dans les légumes, les sauces, avec les viandes en sauce, les grillades, le poisson, pour parfumer les quiches, même les pâtes à quiches, des craquers maison pour l’apéritif, les gratins, des figues rôties au thym pour servir avec un magret de canard etc.

Même certains desserts se prêtent à une touche de thym : glace ou sorbet, de petites crèmes pour accompagner des fruits d’été, un sirop de thym avec des fraises, un crumble de pêches au thym, des confitures s’abricot cuites avec une branche ou deux de thym…

Vous voyez, j’en mets partout.

Quand et comment cueillir le thym ?

La meilleure période pour cueillir le thym est au moment de la floraison. En herboristerie on parle de « sommitée fleurie » qui comporte les feuilles, fleurs et tiges.

Si vous aimez cet article vous allez aussi aimer :  Bienfaits des mûres sauvages et de la ronce

C’est au moment de la floraison que le thym va contenir le plus de principes actifs. Par contre, si comme moi vous avez l’occasion de croiser cette plante merveilleuse en abondance dans la nature en dehors de sa période de floraison, ne vous privez pas de sa cueillette !

Thymus vulgaris en fleurs - photo Nicolas L.
Thymus vulgaris en fleurs – photo Nicolas L.

Comment cueillir le thym ?

Le plus pratique est de se munir de ciseaux et de couper les jeunes branches de thym au sommet de la plante. Vous avez sûrement constaté que l’on parle de « branches » de thym et en les coupant vous avez remarqué à quel point celles-ci ressemblent à des branches d’arbre minuscule. En effet, le thym est une plante ligneuse comme le sont les arbres.

On fait la distinction entre plante ligneuse et plante herbacée. Cette dernière fait des tiges qui disparaissent à la fin de la saison. La plante ligneuse par contre fait des tiges persistantes qui créent du bois et deviennent troncs et branches.

Cueillette du thym commun
Cueillette du thym commun

Arbre, arbuste, arbrisseau ou sous-arbrisseau ?

Les arbres sont des plantes ligneuses à tronc unique de plus de 7 mètres de haut (5 ou 6 mètres selon les auteurs), par exemple le chêne, le hêtre, le tilleul.

Les arbustes sont des plantes ligneuses à tronc unique de moins de 7 mètres de haut (moins de 5 ou 6 mètres selon les auteurs), c’est un petit arbre. Nous avons par exemple le sureau noir qui est un arbuste.

L’arbrisseau est une plante ligneuse à troncs multiples qui en général ne dépasse pas 5 mètres. Le prunellier (l’épine noire) est un arbrisseau.

Et le thym ? C’est un sous-arbrisseau. C’est à dire une plante ligneuse à troncs multiples qui ne dépasse pas les 50 centimètres de haut. Nous y sommes.

Le thym sous-arbrisseau
Le thym, un sous-arbrisseau

Il m’intéresserait de savoir quel âge peut atteindre une plante de thym. Parfois on en voit qui ont des petits troncs tellement épais que leur apparition doit bien dater… Je n’ai pas trouvé d’informations à ce sujet. Si vous en avez, je suis preneuse.

Cueillir les jeunes branches

C’est parce que le thym a des branches parfois bien dures que je conseille de prendre des ciseaux pour la cueillette et de ne couper que les jeunes branches. Les branches trop épaisses, si on les met dans un plat ou une infusion vont apporter un goût surtout tannique et peu aromatique.

Séchage du thym

Pour sécher le thym, le mieux est d’étaler les petites branches sur un linge étendu au fond d’une cagette en bois et de laisser sécher, comme d’habitude, dans un endroit sec, aéré et à l’abri de la lumière (pour préserver les principes actifs qui peuvent être altérés par les rayons lumineux).

Une fois que les feuilles sont bien sèches, j’ai l’habitude de frotter les petites branches entre mes mains (avec des gants si vous avez les mains fragiles). Les feuilles tombent. Pour amorcer ce travail, vous pouvez mettre les branches avec les feuilles dans un sac en toile et malaxer ce dernier. Les feuilles vont se détacher des branches.

Pour trier les feuilles des petites branches qui tombent également, le plus pratique est de passer le tout dans un tamis qui laisse passer les feuilles mais pas les branches. Vous pouvez ainsi remplir un bocal uniquement de feuilles qui seront très faciles d’emploi.

Si vous aimez cet article vous allez aussi aimer :  L'églantier et ses cynorrhodons

Herbe de Provence

Mélangé à des feuilles de romarin et de sarriette, parfois d’origan et de basilic, le thym fait partie du célèbre mélange d’herbes de Provence dont les proportions diffèrent d’un producteur à l’autre. Pourquoi pas le préparer soi-même ?!

Infusion pleine de bienfaits

Si vous avez l’intention d’utiliser le thym plutôt en infusion, il n’est pas nécessaire de faire le travail de tri décrit plus haut. Vous pouvez verser l’eau frémissante directement sur les branches entières.

Et nous voici arrivés à ma recette du jour. J’en ai choisi une extrêmement simple mais intéressante à notre époque. Une infusion réchauffante et aux vertus immunostimulantes.

Infu thym gingembre miel

Infusion « immu – boost » au thym commun

Ingrédients pour ½ litre d’eau :

  • 10 g de branches de thym ou 1 cuillerée à café de feuilles de thym
  • Un morceau de racine de gingembre de la grosseur d’une petite noix
  • 1 petite cuillerée à café de miel
  • 1 tranche épaisse de citron

Préparation

Couper le gingembre en fines rondelles.

Porter l’eau à ébullition. Lorsqu’elle est frémissante, verser l’eau sur les branches de thym et le gingembre. Laisser infuser 7 à 10 minutes.

Passer.

Laisser légèrement refroidir afin que l’infusion ait la température qui vous convient pour la boire. Verser le jus de citron et ajouter le miel seulement à ce moment. Moins l’eau est chaude, plus ces deux ingrédients gardent leurs vertus. Mais veillez à ce que l’infusion soit quand même chaude car ceci va, en hiver, renforcer le côté réchauffant de la boisson.

Infusion immu boost

Infusion réchauffante et immunostimulante

Associé au gingembre qui lui aussi est réchauffant et immunostimulant, au miel dont on connaît tous les vertus et à la vitamine C du citron, cette infusion au thym est idéale pour les journées d’hiver bien froides. Le goût aromatique un peu tannique du thym, le piquant du gingembre, l’acidité du citron et le sucré du miel en font une boisson gustativement équilibrée.

Je pense qu’en cure de 2 tasses par jour sur 3 semaines, cette infusion pourra bien nous éviter des coups de froid. Par contre, si vous avez des problèmes de santé particuliers, il vaut mieux demander conseil à votre médecin.

Feuilles fraîches ou sèches ?

On me pose souvent la question si on peut faire des infusions à base de feuilles fraîches ou s’il faut privilégier les plantes séchées. Si vous avez les plantes fraîches sous la main, surtout n’hésitez pas ! Elles auront toujours un avantage au niveau de la teneur en principes actifs.

On a tellement de bonnes plantes à disposition dans la nature… le thym en est une particulièrement précieuse pour ses emplois variés en aromate et en médicinale. Profitons-en !

Si vous n’avez pas encore demandé de recevoir mon livret gratuit « Les 10 recettes indispensables pour cuisiner les plantes sauvages » je vous invite à laisser votre adresse mail ci-dessous. Vous recevrez le livret directement par mail.

Bonne cueillette et à bientôt !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  • 5
  •  
    5
    Partages
  •  
  •  
  • 5

3 thoughts on “Le thym commun pour aromatiser et se soigner

  1. Merci Nathalie pour cet article sur le thym !!! une plante que l’on peut trouver partout dans les régions du sud de la France, achetée en pot ou semée par chez moi en Dordogne !
    Ses bienfaits sont multiples, quel bonheur cette nature à portée de main !
    Excellentes fètes de fin d’année, à une prochaine fois avec impatience !!!

  2. Bonjour,
    Je partage votre enthousiasme par rapport au thym ! J’avais planté 2 petits godets sur un muret remblayé, les pieds se sont tellement plu qu’ils se sont ressemés à l’envi, sans aucun entretien et ont colonisé toute la zone, faisant office de couvre-sol . Autant dire que je ne me prive pas de le cuisiner et surtout de le consommer en tisanes. Au petit déjeuner, c’est un vrai bonheur !

  3. Bonjour Nathalie!

    Merci pour ce rappel sur les vertus du thym. Je l’utilise également beaucoup en cuisine (il pousse très bien sur mon balcon) mais peu en infusion. Je me rappelle que ma mère en faisait quand nous, les enfants, étions enrhûmés. Je n’ai pas forcément de bons souvenirs de cette infusion au goût un peu trop fort 😉 mais avec du gingembre et du citron, j’ai bien envie d’essayer…

    Amicalement
    Valérie

Laisser un commentaire