Tiges de bardane et sauce pimprenelle

Tiges de bardane et sauce pimprenelle

C’est le moment de cueillir les tiges de bardane qui sont en train de monter. Il faut les récolter avant la floraison, tant que le centre de la tige est encore tendre et juteux. Ma recette de tiges de bardane et sauce pimprenelle est simple et la présentation jolie. Un bon moyen pour faire impression avec un plat sauvage sans se prendre la tête.

Feuilles en oreille d’éléphant

La bardane (arctium lappa) se reconnaît en premier lieu par ses grandes feuilles en forme d’oreille d’éléphant. Les feuilles sont grandes comme des feuilles de rhubarbe, mais elles sont d’une couleur vert-bleuté au-dessus et blanchâtres en dessous. Elles sont duveteuses, ondulées sur les bords et démarrent à la base en forme de cœur. Sur le dessous de la feuille on aperçoit nettement les nervures qui ressortent.

Les feuilles de bardane sont tellement grandes qu’elles peuvent servir de parapluie. Elles sont assez résistantes également et je m’en sers parfois pour tapisser le fond de mon panier ou pour en faire un récipient pour des cueillettes quand je manque de sacs.

Si vous manquez de papier toilette en pleine nature, les feuilles de bardane peuvent faire l’affaire au cas où… 😉

Tiges de bardane

Les tiges de bardane vont se former la deuxième année de vie de la bardane qui est une plante bisannuelle. Chaque plante a une tige unique, anguleuse et velue, souvent rouge-violet à la base. Elle peut monter à 2 mètres de hauteur et plus. A ce moment-là la base de la tige peut atteindre une douzaine centimètres d’épaisseur. Il faut la cueillir bien avant qu’elle n’atteigne cette taille et devienne résistante comme un tronc d’arbre.

Bardane, tige en pleine croissance
Tige de bardane en pleine croissance. A ce stade elle déjà trop développée pour être cueillie

Inflorescences composées aux bractées « velcro »

La tige se ramifie et porte de nombreuses inflorescences rondes composées de petites fleurs roses-pourpre. Les bractées (les petites feuilles à la base de l’inflorescence) sont crochues ce qui fait que les inflorescences s’accrochent à tout ce qui passe. C’est de leur efficacité que s’est inspiré l’inventeur du velcro…

Inflorescences de bardane
Inflorescences de bardane

Quand cueillir la tige ?

Le mieux c’est de récolter les jeunes tiges de bardane bien avant la floraison et même avant qu’elle ne commence à se ramifier (voir la vidéo). C’est là qu’elle va être la plus tendre et la meilleure au goût. Un peu plus tard, la tige risque d’être déjà sèche et fibreuse. Mais parfois le haut de la tige fait encore l’affaire. Même si le temps d’épluchage va être plus long…

Vous allez me dire, si je cueille la tige, j’empêche la plante de fleurir et de se reproduire… Ceci est vrai si on la cueille juste à la base. Si vous la coupez un peu plus haut, elle va avoir la possibilité de former des fleurs en partant du bas de la tige. Et je ne vous conseillerais pas de la cueillir si je savais que l’espèce était en péril… La bardane est très commune par chez nous et dans certains endroits je sais que si j’épargne les tiges, de toute façon la faucheuse ne va pas tarder à passer par là et la broyer en miettes…

Avant de cueillir s’assurer que la plante est abondante

Mais cela me redonne l’occasion de vous rappeler qu’il faut toujours s’assurer qu’une plante est abondante dans un endroit avant de la cueillir. Renseignez-vous sur les espèces protégées dans votre région pour être sûr de ne pas vous en prendre à des espèces rares. Et quand vous vous mettez à la cueillette, laissez toujours assez de plantes pour que pour qu’elles puissent se régénérer facilement ! 😊

Pour en savoir plus sur la racine de bardane (excellente !) qui se récolte en hiver, vous pouvez consulter mon article.

Tiges de bardane et sauce pimprenelle

Tiges de bardane et sauce pimprenelle

Ingrédients pour 4 personnes

  • Une quinzaine de tiges de bardane souples, cueillies avant la floraison
  • Eventuellement un peu de jus de citron
  • Huile d’olive
  • Sel

          Pour la sauce pimprenelle

  • 6 cuillerées à soupe de yaourt au soja
  • 3 cuillerées à soupe d’huile de colza
  • 1 cuillerée à soupe de jus de citron
  • Une trentaine de feuilles de pimprenelle
  • Sel, poivre
  • Fleurs comestibles pour la déco

Préparation

Préparer la sauce à la pimprenelle :

Enlever les folioles de la nervure centrale (trop fibreuse) des feuilles. Hacher les folioles. Verser le yaourt, l’huile de colza, le jus de citron, sel, poivre et la pimprenelle hachée dans un bol et mélanger au fouet afin d’obtenir une consistance crémeuse.

Préparer les tiges de bardane :

Eplucher les tiges de bardane pour enlever la partie fibreuse autour du centre qui est tendre.

Attention, une fois épluchés, les tiges s’oxydent vite et prennent une couleur marron. Les mettre à cuire rapidement, ou alors les arroser de jus de citron pour stopper l’oxydation.

Couper les tiges en bâtonnets de la même taille et faire cuire pendant 5 minutes à la vapeur.

Verser un filet d’huile d’olive et saler.

Sur une belle assiette, rassembler les tiges de bardane, dresser la sauce en quenelle et décorer de folioles de pimprenelle et de fleurs comestibles.

Tiges de bardane assiette

En déco…

Ici j’ai utilisé des fleurs de gesse à larges feuilles (pois de senteur). On peut en manger cru en petite quantité, mais comme toujours pour les légumineuses crues, il ne faut pas en abuser !

Pour en savoir plus sur la pimprenelle, consultez mon article sur cette plante oubliée. Si vous n’en avez pas vers chez vous, vous pouvez la remplacer par du persil ou de la ciboulette.

Abonnez-vous à ma chaîne YouTube !

J’essaie depuis quelque temps d’accompagner une grande partie de mes articles par des vidéos. Abonnez-vous à ma chaîne YouTube pour être au courant de chaque nouvelle vidéo !

Bonne cueillette et à bientôt !

Panier de tiges de bardane

Transcription texte de la vidéo

Bonjour, je suis Nathalie du blog plantes-sauvages-comestibles, bienvenue dans cette nouvelle vidéo ! Aujourd’hui je vais vous présenter la bardane, ma copine la bardane. Elle se reconnaît par ses feuilles en forme d’oreilles d’éléphant. Les feuilles sont vertes de ce côté-là, donc du dessus et en dessous elles sont beaucoup plus blanches, un peu velues et les nervures ressortent énormément.

Les tiges de bardane

Et là elle est en train de monter pour faire ses fleurs, donc là c’est le moment pour cueillir les tiges qui sont comestibles.

Je vais vous montrer : on coupe la tige et on l’épluche, donc l’extérieur est coriace, donc qu’on va l’enlever et on peut manger l’intérieur de la tige. C’est croquant, juteux, ça a un petit goût d’artichaut, et avec ça je fais différents plats : je fais sauter à la poêle, je fais cuire à la vapeur…

Je vous mettrai le lien pour une recette que je vais vous mettre dans l’article qui accompagne la vidéo. Donc ça c’est super bon.

Pétioles et feuilles de bardane

On peut également manger les pétioles par contre les pétioles sont plus amers, ainsi que… il y a déjà des gens qui mangent les jeunes feuilles.

Bon là c’est trop coriace déjà…Mais les jeunes feuilles peuvent en théorie se manger.  Personnellement j’aime pas trop, je trouve que c’est vraiment très amer et il y a un goût assez fort. Mais les pétioles se mangent ils sont plus amers que la tige, donc c’est vraiment meilleur la tige. Mais ce que je préfère personnellement c’est la racine de la bardane mais ça on la cueille en hiver.. Elle est utilisée aussi en tant que plante médicinale pour ses vertus dépuratives et pour des soins de la peau, mais ça c’est en hiver…

Donc là je vais cueillir quelques tiges et préparer mon plat. J’espère que je vous aurai donné de nouvelles idées et puis je vous dis à très bientôt dans une nouvelle vidéo !

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 thoughts on “Tiges de bardane et sauce pimprenelle

  1. J’ai de nombreux pieds de bardane, dans mon pré , que je coupe régulièrement pour que mes chevaux ne se retrouvent pas avec des coiffures improbables qui prennent des heures à démêler. Je savais pour les racines, mais je découvre qu’il y a plus facile à récolter avec les tiges. Je vais suivre vos conseils pour les cuisiner (sans en révéler l’origine à mon mari qui se demande souvent ce que je vais lui faire manger !!!)
    Merci

    1. Parfois il vaut mieux dire après ce qui était dans l’assiette, quand on a des âmes réticentes à table. Pour les coiffures des chevaux je suis d’accord… je me suis moi-même retrouvée avec plusieurs inflorescences de bardane dans les cheveux dont j’en ai arraché un paquet pour me débarrasser de la bardane… 🙂

Laisser un commentaire