Feuille égopode

L’égopode de la cueillette à l’assiette

L’égopode (Aegopodium podagraria) est un « must » parmi les plantes sauvages comestibles. Dans beaucoup de régions il envahit les jardins et embête les jardiniers désireux d’un jardin « propre ». Jusqu’au jour où ils découvrent que c’est un légume gratuit tombé du ciel !

Moi par contre j’étais bien embêtée par le fait de ne pas en trouver vers chez moi… Une recherche dans mon super « atlas de la flore sauvage du département du Loiret » m’a pris tous les espoirs. L’égopode est classé AR = assez rare dans mon département. Seulement une dizaine de petits points rouges sur la carte, et encore, pas juste à côté. 🙁

On ne peux pas tout avoir, déjà que j’ai eu la chance de trouver de l’ail des ours alors qu’il a encore moins de points sur cette même carte !

Alors la recherche de l’égopode a été un prétexte pour un petit voyage dans les Alpes et le Jura. Dès que j’ai mis le pied en dehors de la voiture que le voilà sur une pente ombragée ! La joie !!

(Il est vrai que je ne coûte pas bien cher à mon chéri… pas besoin de vacances à bord d’une croisière ni de bijoux luxueux en cadeau… il me pose dans un pré et je saute de partout de bonheur !🤣)

Voilà donc que j’ai pu faire de belles cueillettes, expérimenter de nombreuses recettes et surtout tourner cette vidéo pour vous montrer cette extraordinaire plante :

Reconnaître l’égopode

L’égopode fait partie de la famille des Apiacées (les ombellifères) et porte une ombelle de fleurs blanches comme de très nombreuses espèces de cette famille où il est parfois difficile de s’y retrouver. En plus, les Apiacées abritent aussi des plantes mortelles comme la ciguë.

Alors comment faire pour bien être sûr que ce soit l’égopode avant de cueillir ?

Le principe 3

Pour l’égopode il faut retenir le chiffre 3.

Ses feuilles sont divisées en trois folioles qui tendent chacune à se diviser en trois elles aussi.

Chaque foliole est ovale, dentée et pointue.

Feuilles d'égopode
Feuilles d’égopode : à gauche trois folioles;  au milieu trois folioles, celle du haut divisée en trois, les deux autres divisées en 2; à droite trois folioles chacune divisées en trois

Le pétiole (la tige de la feuille) comprend aussi le principe trois. Il est triangulaire et a donc trois faces. Sur le dessus cela forme comme une gouttière, en dessous cela forme un V.

Si vous froissez une feuille vous allez sentir une odeur aromatique qui rappelle le persil et le céleri branche (qui font partie de la même famille des Apiacées également).

À la base du pétiole vous pouvez observer une gaine. Si la feuille sort directement de terre cette gaine aura une forme de sabot de chèvre (« aegopodium » veut en fait dire pied de chèvre). Si la feuille part de la tige elle entourera la tige d’une gaine à sa base.

Si vous aimez cet article vous allez aussi aimer :  Les marguerites comestibles
Gaine de la feuille
Gaine à la base du pétiole qui entoure la tige

Tige, fleurs et fruits de l’égopode

La tige, elle, est ronde, sillonnée, creuse (en tout cas à sa base) et glabre (sans poils).

Les fleurs de l’égopode sont petites, blanches et regroupées en ombelle, divisée elle-même en 10 à 20 ombellules (mini-ombelles).

Les fruits ressemblent aux graines de cumin ou de fenouil (on est toujours dans la même famille botanique).

Inflorescence égopode
Inflorescence d’égopode

Une fois que vous avez vérifié tous ces détails une confusion avec une plante toxique est peu probable car les plantes mortelles de la famille des Apiacées ont des feuilles finement découpées (voir mon article sur le cerfeuil des bois et comment bien l’identifier).

L’égopode en cuisine

Quoi cueillir et comment cuisiner cette plante alors, une fois qu’on l’a bien identifiée ?

Feuilles

On va commencer par les feuilles. Elles ont un goût qui rappelle le persil et le céleri branche et parfument parfaitement les salades dans lesquelles on peut en mettre même en quantité (voir mon taboulé de quinoa à l’égopode en fin d’article).

Vous pouvez les utiliser dans des pestos, des petites sauces, en légume et toutes les recettes où vous utiliserez du persil.

J’aime beaucoup ajouter les feuilles d’égopode à mes jus de légumes ! Avec du concombre, une pomme, du citron et un peu de gingembre par exemple. Le tout dans l’extracteur de jus et on a un jus frais, goûteux, plein de vitamines et reminéralisant par la même occasion.

Un concentré de bonnes choses pour la santé !

L’égopode est riche en potassium, calcium, magnésium, fer, zinc, cuivre, phosphore…, en vitamines A et C, en protéines et en plus il aide le corps à se débarrasser de l’excès d’urée.

C’est pour ça… Si vous avez de l’égopode proche de chez vous surtout profitez-en !

Tige, boutons floraux, fleurs et fruits en cuisine

La jeune tige quand elle est encore souple, les boutons floraux, les fleurs et les fruits, tout se mange dans l’égopode !

Les boutons à la vapeur avec des pommes de terre par exemple. Les fleurs dans une petite sauce et en déco, les fruits pour parfumer une pâte à quiche ou un plat de légumes

Si vous aimez cet article vous allez aussi aimer :  L'oseille sauvage - excellente plante comestible

Vous voyez pourquoi je suis triste de ne pas en avoir chez moi. Je n’ai pas pensé prendre des racines pour les implanter dans mon jardin. Car selon les dires des jardiniers désireux de s’en débarrasser il suffit de quelques bouts de racine pour que la plante revienne, même après un bon « nettoyage ».

La plante se reproduit en effet par des rhizomes, des tiges souterraines qui se répandent à l’horizontale et qui font que l’égopode peut prendre place sur des larges surfaces. Généralement dans des sols riches, et contenant de humidité et à des endroits plutôt ombragés comme le bord de ruisseau sur lequel je vous ai tourné la vidéo.

Cueillette abondante

Ce qui est chouette avec l’égopode c’est que grâce à son système racinaire robuste il pousse et repousse toute l’année. Une fauche, deux fauches, trois ou même quatre ne lui font rien. Il repousse sans inquiétude et nous offre plusieurs cueillettes dans l’année et même des jeunes feuilles jusqu’en automne.

Comme il pousse en colonie vous pouvez rapidement remplir votre panier et cela plusieurs fois dans l’année !

Taboulé de quinoa égopode

Taboulé de quinoa à l’égopode

Si vous avez déjà goûté à un vrai taboulé libanais vous avez constaté que cela n’a pas grand chose à voir avec le taboulé que nous préparons d’habitude en France pour le pique-nique entre amis. Dans le taboulé libanais il y a plein de persil et c’est cela qui le rend unique.

Pour la recette qui suit je me suis inspirée de l’idée qui me reste du taboulé que j’ai mangé chez mon collègue restaurateur à Orléans, Sami, originaire du Liban.

Ingrédients

  • 1 bol de quinoa cuit
  • ½ poivron rouge
  • ½ poivron jaune
  • 1 oignon rouge
  • ½ concombre
  • 1 beau bouquet de feuilles d’égopode
  • 2 cuillerées à soupe d’huile de colza
  • 2 cuillerées à soupe d’huile d’olive
  • 2 cuillerées à soupe de jus de citron
  • Sel aux herbes, poivre

Préparation

Couper les poivrons, l’oignon et le concombre en petits morceaux.

Hacher l’égopode.

Dans un saladier placer le quinoa et les légumes.

Verser les ingrédients pour la sauce et mélanger.

Taboulé feuilles d'égopode

Voilà, j’espère que je vous ai donné envie d’aller découvrir cette plante. Et –  si vous l’avez au jardin – de la considérer comme un légume offert gratuitement et non pas comme une mauvaise herbe…

Bonne cueillette à vous !

Partager l'article :

6 thoughts on “L’égopode de la cueillette à l’assiette

  1. Merci Nathalie pour ce nouvel article. J’aimerai savoir si l’égopode panaché( aegopodium podagraria ‘variegatum’) est également comestible ?
    Merci pour toutes tes recettes et vidéos qui sont des mines d’informations.
    Florence

    1. Bonjour Flo, je suppose que oui parce qu’il s’agit d’une sous-variété de la même espèce mais en même temps je n’ai pas de certitude. Il s’agit d’une plante ornementale sur laquelle je n’ai pas assez d’informations.

  2. Bonjour,
    J’ai la chance d’habiter le Jura, riche en égopode. Longtemps je l’ai consommé en quiche, pour apporter de la masse. Ce n’est que récemment que je suis parvenue à mettre en valeur son goût caractéristique et unique, dans des recettes japonaises: soupe au miso, ramen et gyozas, tous revisités. Une belle redécouverte! J’essaiera le taboulé prochainement, merci pour le partage!

  3. Bonjour, Nathalie, j’ai des soucis avec les images, elles ne s’affichent pas, c’est normal ou il n’y a que moi, merci de ta réponse, cordialement. Didier

  4. je suis envahie par l’égopode depuis que j’ai acheté ma propriété. je me sentais tellement opprimée par cette plante incroyablement envahissante. littéralement impossible de s’en débarrasser. ja’ai tout essayé. elle pousse facilemnt en desssous de couches de plastic noir, de couches de carton, de tapis. ..mais cet été j’ai décidé de prendre une autre approche et ai entrepris des recherches pour découvrir qu’elle était comestible et non seulement ça , mais bonne pour la santé! En anglais on l’appelle l’herbe des évêques (bishop’s weed) ou encore l’herbe des goutteux (goutweed). son goût est fort si mangé comme épinards ( j’ai du mettre beaucoup de citron) mais dans une quiche c’est très bien et pour une tisane chaude ou froide ,mélangée à de la menthe -délicieux. Au final, cette horrible plante est bénéfique et il me semble que depuis que j’ai accepté sa présence ,elle envahit le jardin un peu moins , en tous les cas c’est ce que je m’imagine. Je crois qu’elle voulait que je la remarque et que je m’en serve. les plantes aiment être utiles et mangées.

Laisser un commentaire