Sachet doucette et couteau mâche

La mâche sauvage ou doucette

Au milieu des perce-neige,  j’ai cueilli aujourd’hui un sachet plein de doucette, la mâche sauvage. Qu’est-ce que j’aime faire mes courses dans la nature ! Pouvoir le faire en plein hiver c’est le luxe que nous offre le vivant dans ma région au Centre de la France où nous avons rarement de la neige.

La doucette pousse dans les prairies, au bord des chemins et sur les talus. Elle se développe là où la terre a été légèrement remuée, par les traces que les vaches ont laissées l’été d’avant par exemple.

Station de mâche sauvage en hiver

Son nom latin est Valerianella locusta, elle fait partie de la famille des Caprifoliacées, comme la valériane et le chèvrefeuille. Il s’agit de la même espèce que la mâche cultivée, très appréciée pour ses feuilles à la saveur très douce rappelant un peu la noisette.

La doucette – plante annuelle aux fleurs blanches

La mâche sauvage ou doucette est une plante annuelle, c’est à dire qu’elle fait son cycle végétatif en peu de temps, quelques mois tout au plus. Elle germe, fait des rosettes de feuilles dans un premier temps puis développe une tige d’environ 30 cm de haut. Cette dernière se divise en deux, formant un V, pour se re-diviser en deux. Au sommet des tiges se développent des petites tête de minuscules fleurs blanches (hâlées de bleu et de gris) à 5 pétales soudées à leur base. Elles fleurissent en avril, mai et juin. Après la floraison les graines se forment, tombent puis les tiges sèchent et disparaissent. La plante a fait son cycle végétatif et ses graines, tombées au sol, germeront l’hiver suivant si elles trouvent les conditions nécessaires.

Si vous aimez cet article vous allez aussi aimer :  Le nouveau programme de stages plantes sauvages est en ligne !

(Voir aussi mon article détaillé sur la mâche sauvage)

Fleurs de doucette
Fleurs de doucette

Mâche sauvage et mâche cultivée

Les rosettes de feuilles de la doucette ont exactement le même aspect que la mâche que vous achetez au supermarché – en plus petit. Les feuilles sont ovales, allongées, entières (c’est à dire sans dents) ou alors légèrement dentées. Les nervures sont bien dessinées : une nervure centrale avec des nervures allant de celle-ci vers les bords de la feuille. Les feuilles sont glabres (sans poils) ou presque.

Comment cueillir la doucette

Pour la cueillette je vous conseille de sortir avec votre couteau et un sachet ou un panier. Rassemblez les feuilles d’une petite rosette entre vos doigts et coupez la rosette au niveau du collet (la partie entre la racine et la base des feuilles). Débarrassez alors les feuilles de l’herbe, la mousse et la terre qui sont venus avec et mettez dans votre sachet ou dans votre panier. De cette manière, une fois arrivé chez vous, vous n’avez plus qu’à faire couler de l’eau et y plongez la doucette. Plus besoin de faire de nettoyage préalable dans votre cuisine et mettre de la terre partout !

Comme pour la mâche cultivée, la mâche sauvage a généralement besoin de plusieurs bains de lavage pour en ôter toute la terre. Puis, après un essorage, vous pourrez en préparer une bonne salade ! J’ai servi ma dernière cueillette avec une vinaigrette à l’huile de noix artisanale en accompagnement d’une quiche au potimarron. Mais je vous avoue que j’ai mangé toute la doucette avant d’attaquer la quiche tellement elle était délicieuse ! Je ne voulais pas la mélanger à d’autres saveurs.

Si vous aimez cet article vous allez aussi aimer :  Un regard changé sur le monde - grâce aux plantes sauvages comestibles

Salade de doucette et quiche

« Disponible » dès janvier !

Avez-vous déjà de la doucette dans vos environs ? J’ai constaté les premières rosettes mi janvier. La plante ne craint pas des petites gelées. Je l’observe régulièrement toute givrée le matin et quelques heures plus tard les feuilles ont dégivré et se présentent pimpantes comme si de rien n’était. Mais jusqu’en avril nous pourront nous en préparer de bonnes salades. Même les tiges et fleurs sont comestibles. Par contre au moment où elle fleurit la plupart des gens prennent la mâche sauvage pour une plante inconnue, tellement elle a changé d’aspect.

Je vous souhaite une belle cueillette de doucette ! Prenez des gants en plus de votre couteau et votre sac ou panier. Car si vous êtes comme moi, au bout d’un quart d’heure de cueillette à ras du sol froid vos doigts vont s’engourdir ! Même si j’aime bien faire ma cueillette à mains nus pour sentir le contact avec la plante, je suis contente de pouvoir envelopper mes doigts dans mes gants sur le chemin du retour !

A bientôt !

bouquet de doucette
Bouquet de doucette fraîchement cueilli

 

Partager l'article :

6 thoughts on “La mâche sauvage ou doucette

  1. Je connais la Doucette depuis mon enfance, elle arrive au bon moment, quand il n’y a plus beaucoup de salades dans le jardin, une petite salade Doucette, pomme, noix, un régal ;

  2. avec quoi pourrait on la confondre? y a t il des confusions dangeureuses?
    pas d’inquietude, je ne consomme que ce dont je suis sure à 100%. Mais meme si je ne la consomme pas, je peux « m’amuser » à la repérer !

    1. Je trouve que les rosettes de mâche ressemblent pas mal à celles de l’épilobe (confusion non dangereuse) mais je constate que des personnes peu expérimentées confondent avec des plantes qui pour moi sont bien loin de la mâche. Donc je répondrais qu’on peut confondre avec pas mal de rosettes, cela dépend à quel point on a déjà aiguisé son regard. Alors comme toujours prudence, on vérifie tous les critères et, comme vous le dites bien, on ne consomme que quand on est sûr à 100 %.

    1. Les feuilles de pâquerette sont beaucoup plus épaisses que celles de la mâche. Chez la pâquerette seule la nervure centrale est bien visible, chez la mâche on voit bien la nervure centrale sur la feuille et des nervures qui vont vers les extrémités de la feuille.
      Les feuilles de pâquerette se mangent également mais elles sont légèrement piquantes.

Laisser un commentaire