Fleurs d'épilobe en épi

L’épilobe en épi – à croquer avant la floraison !

Peut-être connaissez-vous l’épilobe en épi (Epilobium angustifolium) pour ses impressionnantes étendues de fleurs roses en montagne. Mais si vous arrivez à reconnaître la plante avant qu’elle ne monte en fleurs, vous aurez de quoi manger ! Les tiges croquantes et douces sont agréables à grignoter et les jeunes feuilles pourront se retrouver dans vos salades et plats de légumes.

Dans cet article, nous allons voir comment la reconnaître et quelles utilisations ont peut en faire.

Laurier de Saint Antoine

On appelle l’épilobe en épi aussi le laurier de Saint Antoine ou plante à feu. C’est une plante vivace pionnière de montagne qui peut s’installer sur de larges étendues de terrain dégagé par un feu de forêt ou une coupe blanche par exemple. Un talus dégagé par des engins de travaux en altitude ? Il y a de grandes chances que l’épilobe en épi s’y installe peu après.

L’étymologie du nom de laurier de Saint Antoine n’est pas clairement établie. Est-ce que ce nom vient du fait que l’épilobe en épi a été utilisé pour soigner des maladies de peau, appelées « feu de Saint Antoine » au moyen âge ? Ou du fait que cette plante aime s’installer sur des endroits ravagés par le feu ?

Le nom Epilobium vient en tout cas du grec : épi « au-dessus » et lobium « petite gousse », en lien avec la forme des boutons floraux qui ressemblent à des gousses. Angustifolium veut dire à feuilles étroites.

Fleurs d'épilobe
Fleurs d’épilobe en épi – photo David Seibold

Reconnaître l’épilobe en épi

Au moment de la floraison, à partir de juin et jusqu’en septembre, il vous sera aisé de reconnaître cette plante de la famille des Onagracées. Elle atteint jusqu’à 2 mètres de haut et sa tige bien droite se termine en longue grappe dressée de fleurs roses foncé. La floraison démarre en bas de la grappe qui se termine comme dans une flèche pointée vers le ciel.

Chaque fleur a 4 pétales rose pourpre assez arrondis et 4 sépales en croix de la même couleur, plus fins et allongés. Les fleurs peuvent mesurer de 1,5 à 3 cm de diamètre. Elles ont 8 étamines et 4 stigmates en croix, enroulés.

Quand les dernières fleurs du haut de la grappe dessinent encore des couleurs roses dans le paysage, les fruits sont déjà en train de se former en bas de la hampe florale. Ces fruits sont longs, fins et allongés et s’ouvrent à maturité. A ce moment là, chaque fruit libère entre 300 et 400 graines chacun, toutes munies s’une aigrette soyeuse leur permettant de s’envoler avec le vent. On dirait alors un champs de coton…

Si vous aimez cet article vous allez aussi aimer :  Préparer les pousses de bambou fraîches
Epilobe en épi en fruit - photo Matt Lavin
Epilobe en épi en fruit – photo Matt Lavin

Avec ces innombrables graines qui sont emportées par le vent, épilobe peut s’installer n’importe où dès que les conditions lui conviennent. Et grâce à ces racines aux rhizomes traçants elle a une forte capacité de colonisation.

Feuilles allongées à nervure centrale bien dessinée

Quand vous avez reconnu l’éplilobe en épi en fleur ou en fruit, profitez-en pour observer la tige et les feuilles. Cela vous permettra de mieux reconnaître la plante avant sa floraison l’année d’après ! Car si vous voulez grignoter ses jeunes pousses vous arrivez trop tard lors de la floraison. La tige est déjà dûre et les feuilles trop coriaces pour être mangées.

Les feuilles sont longues et allongées et terminent en pointe. Elles sont entières ou légèrement dentées et sont disposées de manière alterne tout autour de la tige. La nervure centrale de chaque feuille est bien dessinés, blanche ou rougeâtre. La face inférieure de la feuille est bien plus pâle, vert grisâtre, que le dessus de la feuille, vert foncé. Les feuilles sont glabres, sans poils.

Les fines nervures secondaires (celles qui partent de la nervure centrale) sont courtes et partent directement vers l’extérieur de la feuille, presque à 90°.

Feuilles d'épilobe
Avant la floraison

Confusions possibles

On peut confondre le laurier de Saint Antoine avec d’autres épilobes. Mais elles sont à priori toutes comestibles, en tout cas pas toxiques.

Avant la floraison on peut également confondre avec des espèces de Solidago, verge d’or, qui portent également les feuilles alternes et allongées tout autour de la tige. Mais leurs feuilles sont dentées et la nervure centrale ne ressort pas aussi nettement que celle de notre épilobe.

Riche en minéraux

Les jeunes pousses sont riches en calcium, vitamine C, A, B et PP.

La plante contient également de nombreux flavonoïdes, phytostérols, des tanins et des mucilages.

Les tanins donnent un côté astringent, qu’on sent en la mangeant mais qui se développe de plus en plus quand la plante grandit. Elle est connue pour être également émolliente, antiseptique et anti-inflammatoire cutanée et intestinale. Comme dit plus haut, elle a été utilisée pour soigner des brûlures.

Si vous aimez cet article vous allez aussi aimer :  Fenouil des Alpes - aromate des montagnes pour la cuisine sauvage

Comment utiliser l’épilobe en épi ?

Il faut cueillir les jeunes pousses encore bien tendres et souples. Même si la plante fait déjà plusieurs dizaines de centimètres de haut, vous pouvez en cueillir la pointe. C’est à dire le haut de la tige qui est encore bien souple, avec les feuilles, sur maximum 20 de longueur.

Ce que je préfère, ce sont les tiges épluchées. C’est un peu long à faire mais l’intérieur est croquant et doux. Vous pouvez les grigoter lors de vos balades ou les couper dans une salade.

Tige épluchée Epilibium angustifolium
Tige épluchée

Pour en faire en légumes cuits c’est un peu trop long d’éplucher chaque tige une par une. Cuites à la vapeur ou rapidement à l’eau, vous pouvez utiliser les jeunes pousses entières, avec les feuilles. Vous pouvez les servir en légume avec un filet d’huile et une pincée de sel, les faire revenir à la poêle avec des oignons ou de l’ail ou alors et servir en gratin, avec une sauce blanche et du fromage râpé pour gratiner.

Gratin d'épilobe en épi
Gratin d’épilobe en épi

(Je sais, ça pourrait être la photo de n’importe quel gratin vu que les feuilles sont cachées… Mais j’étais descendu de la montagne et comme j’ai mis toutes les pousses d’épilobe dans mon gratin, je n’en avais plus pour décorer… 🥴)

Vous pouvez également ajouter les feuilles crues aux salades, tant qu’elles sont encore bien jeunes.

Tiges épluchées et feuilles
Tiges épluchées et feuilles

Les fleurs décorent magnifiquement les assiettes et vous pouvez parfumer votre eau en laissant infuser à froid quelques fleurs dans votre pichet d’eau ou dans votre gourde en randonnée.

Alors si vous vous baladez en fin de printemps et début d’été dans les montagnes,  allez à la recherche du laurier de Saint-Antoine pour en grignoter ! Et si vous arrivez au moment de la floraison, observez bien l’ensemble de la plante et cueillez quelques fleurs pour égayer vos salades ou salades de fruits !

Bonnes cueillettes à vous !

Salade aux tiges d'épilobe en épi
Salade aux tiges d’épilobe en épi
Partager l'article :

Laisser un commentaire