Dessin des feuilles à l'aquarelle

Dessiner les plantes (2/2)

Le dessin est un outil formidable pour apprendre à observer et reconnaître les plantes sauvages comestibles.
Cet article est la suite d’un premier dans lequel Florian Tanguy, naturaliste et auteur du blog Dessiner la Nature vous explique tout ce qu’il faut savoir pour bien s’y prendre. Vous pouvez le retrouver ici .

On y voit pourquoi le dessin permet de mieux observer les plantes sauvages et retenir vos observations, de quelle manière il peut être utilisé dans cet objectif et enfin quel est le matériel essentiel pour démarrer.

Je redonne la parole à Florian :

Dans cette deuxième partie nous allons voir comment dessiner les plantes sauvages et les différents critères de détermination de manière simple et pratique.

L’approche présentée est basée sur le travail d’un auteur en particulier, John Muir Laws, et sur ma pratique du dessin.
Pour aller plus loin vous pouvez retrouver d’autres ressources à la fin de cet article (vidéos, livres, …).C’est parti ! 🙂

Dessiner facilement les plantes sauvages avec les critères d’identification

Avant de voir en détail comment dessiner les plantes, quelques astuces générales peuvent déjà beaucoup vous aider à réaliser des dessins plus facilement sur le terrain.

Voyons ça tout de suite.

Conseils généraux

Une des difficultés du dessin d’observation sur le terrain est de représenter en 2D quelque chose que vous observez en 3D.
Une astuce qui peut beaucoup vous aider est de fermer un œil.

Cette technique facilite le dessin en réduisant la perception de la profondeur. Elle est encore plus efficace lorsque ce que vous voulez dessiner est proche de vous (parfait pour les plantes sauvages donc 🙂).

Un autre conseil qui m’a énormément aidé est d’utiliser des traits de construction. Nous allons voir un exemple juste après dans la partie pour dessiner les feuilles.

L’idée est d’utiliser de grandes formes générales tracées en traits légers et rapides pour fixer les proportions. Ça peut être un cercle, un ovale, un carré ou même des formes 3D comme un cône par exemple.

Une fois les proportions bien fixées et vérifiées, le dessin est réalisé par-dessus ces traits de construction.

Cette approche permet de procéder par étape : vous vous occupez uniquement des proportions dans un premier temps et uniquement des détails du tracé exact dans un deuxième temps.
C’est en effet très compliqué de se concentrer sur le tracé précis d’un contour et de garder en même temps une vue globale du dessin pour avoir de bonnes proportions.

crayon de papier pour dessiner les plantes
Un crayon parfait pour les proportions !

Une dernière astuce est de faire du « air drawing » (nous n’allons pas dessiner sans crayon mais plutôt dessiner « dans les airs » 😉).

L’idée est de suivre le contour de votre modèle avec votre crayon plusieurs fois pour bien assimiler le mouvement. Ce mouvement est donc fait dans le vide.
Vous n’aurez ensuite plus qu’à reporter exactement le même mouvement sur votre feuille. La direction de vos traits devrait alors être correcte 🙂.

Après ces astuces générales, je vous propose de continuer et de voir comment représenter facilement les détails qui permettent d’identifier une plante.
Pour commencer, allons voir du côté des feuilles.

Les feuilles

Astuces pour dessiner une feuille facilement

Je vous propose 3 approches pour dessiner une feuille mais aussi une plante facilement. Ces astuces viennent du livre « The Laws Guide to Nature Drawing and Journaling« (I) de John Muir Laws.

Suivre les bords
Avec cette astuce, l’idée est de simplement poser la feuille que vous voulez dessiner sur votre feuille de dessin, puis de suivre ses contours avec votre crayon.
C’est un moyen rapide et efficace de dessiner précisément les contours d’une feuille à l’échelle.

Dessin_feuille_contours
Même les feuilles compliquées peuvent être dessinées facilement avec cette astuce 😉

La deuxième astuce, utile pour les formes un peu compliquées (comme certaines plantes) est d’utiliser des points pour marquer les contours de votre feuille ou de votre plante.
Cette astuce vous permettra de noter rapidement les proportions et la forme de ce que vous voulez dessiner.

(ILLUSTRATION  2)

La dernière astuce, que vous connaissez sûrement déjà, est de poser la feuille que vous souhaitez dessiner sur l’envers (les nervures dirigées vers le haut) puis de mettre une feuille de dessin pas trop épaisse par-dessus.

Utilisez ensuite un crayon de couleur pour faire apparaître la feuille. Vous pourrez repasser les contours pour les renforcer et gommer tout ce qui dépasse des bords extérieurs.
Les crayons de couleurs sont préférables au crayon de papier pour cette technique.

Faire apparaitre la feuille aux crayons de couleur
Vous pourrez obtenir un résultat sympa en quelques instants

Dessiner une feuille pas à pas

Voyons maintenant comment dessiner une feuille avec une démarche pas à pas.
La clef est de ne pas griller les étapes et de prendre son temps.
Avec l’habitude, vous irez de plus en plus vite.
Voici ce que ça donne :

Dessiner une feuille étape par étape
Ou comment dessiner n’importe quelle feuille en 5 étapes 😉

Traits de construction

Ces traits sont légers et rapides. Ils peuvent être corrigés facilement. Pour tracer un cercle, tracez plusieurs cercles rapidement les uns par dessus les autres en ajustant votre trait à chaque fois. Cette approche est bien plus efficace que d’essayer de tracer une forme parfaite avec un trait lent.
Préférez un crayon « sec » (2H, 4H, etc) qui fera des traits plus discrets et plus facile à corriger et effacer. De mon côté, je préfère utiliser le « Non photo blue pencil #20028 » de Prismacolor, qui fait des traits très discrets, qui n’ont pas forcément besoin d’être effacés. Comme il se voit peu, ce n’est pas le crayon que j’ai utilisé pour cet exemple.

1. La première étape consiste à tracer l’axe de la feuille. Pour avoir le bon angle, vous pouvez utiliser la technique du « air drawing » que nous avons vue dans la partie précédente.

2. Tracez ensuite la forme globale avec une forme arrondie. Avant de passer à la suite, vérifiez bien les proportions (largeur et hauteur de la feuille) et ajustez cette première forme si besoin. Vous pouvez mesurer grossièrement avec votre crayon pour ça.

3. La troisième étape est de tracer les grands contours de manière simplifiée.
Vous pouvez vous aider des « espaces négatifs ». Il s’agit des formes à l’extérieur des contours externes de votre dessin. Dessiner ces formes vous aidera beaucoup à représenter les contours de manière correcte.
Sur l’exemple, ces formes sont hachurées.
Vérifiez bien les proportions une dernière fois avant de passer à la prochaine étape.

Le dessin

Il s’agit de dessiner précisément les contours en vous appuyant sur les traits de construction que vous avez dessinés juste avant. Les traits peuvent être plus marqués.

4. Observez bien les contours de la feuille pour les reproduire en vous appuyant sur vos traits de construction.

5. Si besoin, « nettoyez » votre dessin avec une gomme ou un crayon-gomme en effaçant les traits de construction. A cette étape, vous pouvez aussi ajouter des détails si vous le souhaitez.

Pour aller un peu plus loin, vous pouvez ajouter les ombres et les couleurs.

Représenter les nervures

Pour des nervures sur un dessin en couleurs, plusieurs solutions sont possibles.
Tout dépend de si vous utilisez des crayons de couleurs ou de l’aquarelle.

A l’aquarelle, 2 approches fonctionnent bien pour représenter les nervures de manière rapide.

La première est d’utiliser un stylo-gel blanc.

Une fois l’aquarelle sèche, dessinez les nervures avec le stylo gel.
Si elles vous paraissent trop blanches vous pouvez :

  • Soit les atténuer en tapotant dessus avec votre doigt ou un mouchoir avant que le stylo gel ne sèche,
  • Soit les teinter avec un peu de peinture une fois le stylo-gel sec.

La deuxième approche est d’utiliser un crayon blanc une fois l’aquarelle bien sèche. Les nervures seront plus discrètes qu’avec un stylo-gel.

Dessin des feuilles à l'aquarelle
Teinter au stylo gel peut demander un peu de pratique (ne pas trop frotter ni mettre trop d’eau) mais le résultat est rapide et plutôt sympa

Au crayon de couleur, une méthode rapide est d’utiliser un outil à embosse (ou un autre outil qui fera la même chose comme un stylo bic sec, un porte-mine sans mine, etc).
Avant d’appliquer le crayon de couleur, dessinez les nervures avec votre outil. Il va créer des sillons dans lesquels le crayons de couleur ne passera pas.
Vous pouvez ensuite colorez votre feuille, les nervures resteront blanches 🙂.

Si vous aimez cet article vous allez aussi aimer :  La mâche sauvage ou doucette

Si vous le souhaitez, vous pouvez repasser dans les nervures avec un crayon de couleur plus clair et bien taillé pour les faire ressortir.

Feuille verte
Quelques coups de crayons et vous pouvez avoir une belle feuille verte

Après avoir vu comment dessiner les feuilles, je vous propose de voir comment représenter facilement et rapidement un autre critère de détermination : la disposition des feuilles les unes par rapport aux autres.

Représenter la disposition des feuilles les unes par rapport aux autres

Comment noter rapidement et visuellement la disposition des feuilles les unes par rapport aux autres ?

Pour ça, je vous propose de faire de petits schémas. Ils sont rapides et faciles à faire et permettent de noter visuellement ce critère en quelques instants.

Nous verrons à la fin comment intégrer ces schémas à un dessin global.

Disposition des feuilles
La disposition des feuilles est difficile à dessiner ? Représentez là vue du dessus 😉

Représenter l’insertion des feuilles sur la tige

Un autre critère de détermination qui peut être noté visuellement de manière rapide est l’insertion des feuilles sur la tige.

Voici quelques idées pour représenter rapidement ce critère à l’aide de petits dessins. Je vous propose un pas à pas en 3 étapes pour refaire ces dessins facilement.

Insertion des feuilles sur la tige
Avec quelques traits de construction, ces schémas sont rapides à faire et accessibles

Représenter des feuilles enroulées

Bien souvent, lorsque l’on est dans la nature, les feuilles ont tendance à s’enrouler et à prendre des formes un peu étranges. Ces formes ne sont pas franchement évidentes à dessiner.
Voici donc une idée pour les dessiner plus facilement.

Le principe est de voir ces feuilles comme différentes formes collées les unes aux autres puis de simplement dessiner ces formes.
Ce principe fonctionne aussi très bien pour des pétales enroulés par exemple.

Feuilles enroulées
L’équation pour dessiner une feuille enroulée

Après avoir vu les feuilles en détail, je vous propose de passer à un autre critère très important, qui suffit parfois à reconnaître une plante : la fleur.
Vous allez voir, ce n’est pas si difficile à dessiner 😉.

Les fleurs

Je vous propose de voir comment dessiner une fleur plus facilement vue du dessus, pour ensuite voir des vues plus avancées (et plus sympas aussi 🙂).

Symétrie

Centrale
Pâquerette, coquelicots, myosotis, …, les fleurs avec ce type de symétrie sont nombreuses.
Pour les dessiner, je vous propose d’utiliser la technique du découpage de tarte (aux plantes sauvages comestibles bien-sûr 😉).

Avec cette technique vous allez apprendre à dessiner des fleurs plus facilement mais aussi à découper des parts de gâteau de manière égale à coup sûr.
Voici une petite illustration de la démarche que vous pouvez adopter en fonction du nombre de pétales.

Dessin de fleur
Comment dessiner une fleur … ou couper une tarte
  • 3 pétales : pour placer les pétales du bas, prenez l’axe vertical, coupez sa partie inférieur en 2 puis tracez un trait horizontal jusqu’aux bords du cercle
  • 4 pétales : un simple axe horizontal et un axe vertical et permet de placer les 4 pétales.
  • 5 pétales : tracez l’axe horizontal qui passe par le centre du cercle. Tracez un autre axe horizontal un peu au-dessus de ce premier axe pour trouver l’emplacement des 2 premiers pétales. Pour trouver l’emplacement des 2 suivants, tracez un axe horizontal un peu au-dessus de l’extrémité basse du cercle. Le 5ème pétale est tout en haut, à la verticale.
  • 6 pétales : 2 premiers pétales sont situés à la verticale. Coupez ensuite la partie supérieure du cercle en 2, tracez un axe horizontal jusqu’au bord du cercle pour trouver l’emplacement des 2 pétales suivants. Faites la même chose pour la partie inférieure du cercle pour trouver l’emplacement des 2 derniers pétales.
  • 8 pétales : Commencer comme pour une fleur à 4 pétales puis tracez des traits en diagonales en passant par le centre pour diviser chaque part en 2.
  • + de 8 pétales : Intercalez des pétales en les ajoutant toujours en opposition et de manière équilibrée pour garder la symétrie.

Les traits que nous avons tracés représentent en fait soit le milieu d’un pétale (pétale fins), soit la limite entre 2 pétales (pétales larges).
Voici un exemple pour que ce soit plus concret.

Comment dessiner une fleur

Vue de 3/4
Le principe va être exactement le même sauf qu’à la place d’un cercle nous allons tracer un ovale.
Les pétales horizontaux ont l’air moins larges et les pétales à la verticale apparaissent moins longs.

Pour que l’effet fonctionne, attention à la largeur des pétales

Formes de fleur

Je vous propose maintenant de faire un petit pas de plus et de voir comment dessiner plus facilement des fleurs un peu plus complexes à l’aide de formes géométriques simples.

Voici les formes que nous allons utiliser :

Formes de fleurs
Un peu de géométrie peut aider à dessiner les fleurs sauvages
  • cône
  • tube 1
  • tube 2
    La première étape va être de dessiner ces formes.
    Nous allons ensuite rajouter par-dessus les pétales.
Formes de fleurs 2
De la géométrie à la fleur
  1. Commencez par dessiner la forme globale qui sera le cadre pour dessiner votre fleur.
  2. Placez ensuite l’emplacement des pétales à l’aide de points comme nous venons de voir.
  3. Dessinez ensuite les pétales en commençant par les pétales au premier plan.
  4. Dessinez ensuite les pétales à l’arrière-plan. Pour un meilleur effet de profondeur, ces pétales peuvent être plus clairs et moins détaillés que les pétales au premier plan (qui ont donc des bords plus épais et sombres).

Vérifiez bien que chaque pétale est relié à la base de la fleur en prolongeant les contours pour les pétales à l’arrière-plan.

Je vous propose de continuer avec un autre type de fleur : les fleurs avec une symétrie bilatérale.

Symétrie Bilatérale
Les fleurs avec un axe de symétrie bilatérale sont  nombreuses : les orchidées bien-sûr, mais aussi les pensées, les violettes, …
Si on imagine un axe vertical passant par le centre, on pourrait les plier en 2, une face se superposant alors à peu près sur l’autre.

Voyons comment les dessiner pas à pas.

Symétrie bilatérale
Pour ne pas avoir de torticoli, l’axe central et quelques traits parallèles peuvent beaucoup aider à dessiner plus facilement les fleurs penchées
  1. La première chose à faire est de tracer l’axe de symétrie centrale. Pour avoir le bon angle, vous pouvez faire du « air drawing » comme expliqué dans la partie sur les conseils généraux.
  2. Tracez ensuite en traits légers, rapides et superposés la forme globale de la fleur. Vérifiez bien les proportions en faisant attention à la largeur et à la hauteur (vous pouvez mesurer avec votre crayon pour vous aider si besoin).
  3. Pour placer plus facilement les pétales quelque soit l’orientation de la fleur, vous pouvez utiliser des « lignes parallèles » à des endroits clés comme le haut des pétales ou l’intersection entre 2 pétales.
  4. Tracez ensuite la forme globale des pétales en utilisant encore ici des traits légers, rapides et superposés et en vous aidant des traits parallèles tracés.
  5. Servez-vous des « espaces négatifs » (en hachuré sur le dessin, voir la partie sur dessiner des feuilles) pour tracer la forme grossière des contours, toujours en traits légers.
  6. Appuyez-vous ensuite sur ces traits de construction pour dessiner plus précisément les contours exacts de la fleur.
  7. Enfin, pour aller un peu plus loin, vous pouvez ajouter des valeurs, des zones d’ombre, de la couleur et des détails.

Justement, comment ajouter de la couleur facilement et rapidement ? Voyons ça tout de suite.

Couleur

Je vous propose 3 solutions, à vous de tester et de voir celle qui vous convient le mieux 🙂.

Texte

La première est de simplement utiliser une légende sur votre dessin pour indiquer la couleur de la fleur que vous avez dessinée.
L’avantage est que c’est rapide et vous pourrez ajouter la couleur tranquillement chez vous, au retour de votre sortie.

Si vous aimez cet article vous allez aussi aimer :  Pistou à l'ortie

L’inconvénient est que ce sera sûrement moins précis, ce n’est pas évident de décrire précisément une couleur avec des mots …

Une idée est donc de prendre en photo la fleur et d’indiquer sur votre dessin « voir photo (date et heure de la photo) » pour avoir une information plus précise sur cette couleur.
Pour que ça reste pratique et ne pas accumuler les légendes et les photos, il faudra quand même reprendre votre dessin une fois chez vous et le compléter avec la bonne couleur.

Crayons de couleurs

Une autre option est d’utiliser des crayons de couleurs. Ils peuvent être utilisés sur n’importe quel type de papier et restent assez faciles à transporter sur le terrain.

Le principal inconvénient que je vois est qu’un crayon égale une couleur. Il faudra donc prendre suffisamment de crayons pour avoir le choix mais pas trop pour ne pas être trop encombré sur le terrain.

Aquarelle

L’aquarelle permet d’avoir à portée de main un grand choix de couleurs si vous avez pré-rempli votre palette. Elle est aussi rapide à appliquer et peut donner des effets sympas.

Le principal inconvénient est que vous aurez besoin d’un papier plus épais (minimum 110g/m² mais 200g/m² sera mieux).
Pour que ce soit plus pratique à utiliser sur le terrain, préférez un pinceau à réservoir d’eau comme le « Pentel aquash 1.8 mm » par rapport à un pinceau classique.

Vous pouvez retrouver plus d’informations sur le matériel pour dessiner les plantes dans la première partie de l’article.

Nous avons donc vu comment dessiner les feuilles, leur disposition et leur insertion, puis comment dessiner les fleurs.
Je vous propose de voir maintenant comment représenter les différentes inflorescences, qui sont très utiles pour reconnaître une plante.

Inflorescence

Comme pour la disposition des feuilles, je vous propose d’utiliser des schémas.
Ils auront l’avantage de pouvoir être fait rapidement et facilement et leur petite taille peut permettre de les incorporer dans un dessin plus global.

J’ai uniquement repris les inflorescences les plus courantes, celles que vous retrouverez le plus souvent et qui pourront vous être utiles pour reconnaître les plantes sauvages comestibles.
Pour en retrouver d’autres avec des idées pour les représenter, vous pouvez vous rendre ici .

Dans les schémas suivants, les fleurs sont représentées par des ronds.
Ces schémas peuvent être intégrés à un dessin global comme nous le verrons à la fin.

Dessiner les plantes : inflorescences
Pour un schéma, simplifiez au maximum : un rond peut représenter une fleur … et en plus, c’est joli !

Tiges

Le dernier critère qui peut se représenter de manière visuelle très facilement est la forme de la tige.
L’idée est d’imaginer une coupe de la tige que l’on regarde ensuite vue du dessus.
Voici ce que ça peut donner avec différentes formes de tiges.

Dessiner la forme des tiges
Marre des tiges toutes rondes ? Explorez et représentez d’autres formes présentes dans la nature 

Utiliser des mots pour les informations plus compliquées

Des fois, les mots et les chiffres sont plus adaptés que les dessins pour noter une information.
C’est le cas de certains critères qui peuvent être difficiles à dessiner ou pour compléter certains dessins.

Voici quelques exemples pour lesquels les mots et les chiffres sont particulièrement pratique pour compléter vos dessins :

  • Les nombres (pétales, sépales, étamines, etc)
  • La taille de la plante ou d’une feuille
  • Les textures (duveteux, rugueux, poilu, …)
  • Les odeurs
  • L’habitat
  • Les ressemblances avec d’autres plantes, les souvenirs, remarques, questions qui viennent
  • Les cas d’utilisation de la plante (médicinale, cuisine, etc)
  • L’origine du nom de la plante

Organiser sa page

C’est bien tous ces dessins mais comment organiser sa page concrètement pour noter toutes ces informations vous allez me demander ? 🙂

Je vous propose ici 3 idées pour noter vos observations sur les plantes sauvages tirées du livre « The Laws Guide to Nature Drawing and Journaling » (I).

Dessin organisation des pages
Schémas, mots, chiffres, … explorez et surtout faîtes vous plaisir dans ce processus d’observation et de dessin 🙂

La première est de dessiner une vue globale de la plante puis d’organiser les autres dessins autour.

Dans l’exemple le dessin est détaillé mais vous pouvez très bien faire un dessin simple, assez schématique et faire des vues zoomées sur certains critères en particulier comme nous l’avons vu dans cet article.

Pour les fleurs de cet exemple, pas forcément évidentes à dessiner, vous pouvez par exemple utiliser un schéma d’inflorescence en remplaçant chaque fleur par un rond (comme présenté ici en fin de page) pour le dessin global. Vous pouvez alors faire une vue zoomée sur une fleur dans une partie de votre feuille.

La deuxième idée est de faire différents dessins pour représenter différentes échelles. Vous pouvez par exemple faire une vue de la plante dans son milieu, un dessin de la plante entière et un dessin qui représente un zoom sur un critère en particulier. Ces dessins peuvent être de taille différente pour mettre en avant une vue en particulier.

La dernière idée que je vous propose est de diviser votre feuille en deux et de dessiner 2 espèces qui se ressemblent côte à côte pour pouvoir les comparer facilement.

Ça vous permettra de mettre plus facilement en évidence les points communs et les différences et de vous en souvenir plus facilement.

Pour finir, voici un petit dessin récapitulatif avec une idée de comment intégrer ce que nous avons vu dans un dessin global.

Vous pouvez intégrer des chiffres et des mots en plus.

N’oubliez pas également de rajouter :

  • La date, le lieu d’observation voir l’heure
  • Vos remarques, interrogations, réflexions et ce à quoi vous fait penser cette observation / ce que ça vous rappelle
  • Éventuellement les cas d’utilisation de la plante et les recettes associées.
Dessiner les plantes : prise de notes
Un dessin central simple peut permettre d’incorporer différents schémas et dessins annexes pour montrer différents critères importants

Le dessin comme outil : démarrer et progresser

J’espère vous avoir montré que le dessin peut être vu comme un outil pour mieux observer, retenir ses observations, faire de nouvelles découvertes et s’émerveiller !

Pour ça, pas besoin d’être un artiste et d’avoir des centaines d’heures de pratique derrière soi.
De petits dessins, représentant un critère en particulier et organisés sur une page avec des annotations en parallèle (chiffres et mots), peuvent au contraire très bien fonctionner.

Pour progresser en dessin et aller un peu plus loin, il n’y a pas de secret, la pratique est centrale. Plus vous dessinerez ce que vous observez, plus vous vous améliorerez en dessin.

Un bon objectif est de dessiner pour apprendre des choses sur ce que vous observez. Le côté « beau dessin » viendra tout seul avec la pratique et le temps.

Pour l’aspect « Nature journaling » que nous avons vu dans cet article (noter ses observations dans un journal de manière visuelle, en utilisant des dessins, des mots et des chiffres), voici déjà deux ressources pour aller un peu plus loin :

  • Un groupe facebook, pour échanger, s’inspirer et progresser (anglophone; voir les références en fin d’article)
  • Le livre « The Laws Guide to Nature Drawing and Journaling » (I) de John Muir Laws, qui est vraiment la référence pour moi dans ce domaine.

Vous retrouverez d’autres ressources pour aller plus loin en fin d’article.

Enfin, si le dessin et la découverte de la nature vous intéressent, vous pouvez aller faire un tour sur le blog « Dessiner la nature« .
J’y partage des conseils pour progresser en dessin, dessiner sur le terrain, observer et apprendre des choses sur la nature en général (par exemple comment reconnaître les pins, sapins et épicéas).

Si ce que nous avons vu ici vous parle, je vous encourage vraiment à reprendre ce que nous avons vu, peut-être une seule chose pour commencer, et à commencer en l’appliquant dès maintenant.
Il ne suffit que d’une feuille et d’un crayon pour démarrer 😉.

Belle découverte des plantes sauvages comestibles et bons dessins !

 

Florian est auteur du blog Dessiner la nature dans lequel il partage des conseils pour découvrir la nature en utilisant l’observation et le dessin. Il intervient ici en tant qu’invité expert.

 

Ressources et références

  • (I) Laws, J. M. The Laws Guide to Nature Drawing and Journaling; Heyday Books: Berkeley, California, 2016

L’auteur de ce livre propose beaucoup de contenu pour apprendre à dessiner la nature, voici quelques liens :

  • Un cours gratuit (en anglais) avec des petites vidéos pour apprendre à dessiner les plantes : How to Draw Plants • John Muir Laws ; le site (anglophone) de l’auteur contient beaucoup de ressources
  • La Chaîne Youtube de l’auteur (toujours en anglais) : une vraie mine, il y a beaucoup de vidéos, la fonction “rechercher” (loupe à droite du menu, après l’onglet “communauté”) est donc bien utile : John Muir Laws – YouTube

– Groupe Facebook d’échange et de partage autour du “Nature journaling” (anglophone) : The Nature journal club

– Blog francophone sur la découverte de la nature par le dessin : Accueil – Dessiner la nature (dessiner-la-nature.com)

Partager l'article :

2 thoughts on “Dessiner les plantes (2/2)

  1. Merci pour ce très joli partage, l’an dernier je voulais m’y mettre mais je ne savais pas par où commencer merci beaucoup pour votre guidance détaillée 😀

Laisser un commentaire