Pistou de plantain

Le plantain – un indispensable à connaître !

Si vous ne connaissez pas encore le plantain, il est indispensable de lire ce qui vient 🙂 ! Qu’il soit grand, moyen ou lancéolé, le plantain, avec son petit goût de champignon, peut sans problème se retrouver à notre table. Facile à reconnaître et présent un peu partout, il fait partie des plantes qu’un.e débutant.e en cueillette sauvage va vite intégrer dans son « répertoire ». Et pour celles et ceux qui veulent soigner des petits bobos du quotidien grâce aux plantes, le plantain deviendra rapidement indispensable…

Plantain lancéolé, plantago lanceolata
Plantain lancéolé, plantago lanceolata

Plusieurs espèces de plantain aux mêmes propriétés

Le plantain est une plante vivace très répandue en Europe et dans le monde. Il y a trois espèces principales en France/ en Europe centrale : le grand plantain (plantago major) avec ses feuilles larges et ovales, le plantain lancéolé (plantago lanceolata) qui a des feuilles en forme de lance, allongées et pointues, et le plantain moyen (plantago media) qui se situe entre les deux. Tous se mangent et présentent les mêmes propriétés. Ils se caractérisent par leur rosette de feuilles de texture ferme en parties plaquées au sol et en parties dressées, et par les nervures parallèles de leurs feuilles.

Grand plantain (plantago major) - photo Andreas Rockstein
Grand plantain (plantago major) – photo Andreas Rockstein

Chacun son inflorescence

Les tiges qui partent du centre de la rosette sont dépourvues de feuilles et se dressent droit vers le ciel. Celles du grand plantain, pas très hautes, portent un long épi de fleurs vert-brun. Le plantain lancéolé dresse ses tiges striées jusqu’à 60cm de haut. Elles se terminent en épi dense de fleurs marron-noir avec des étamines blanc crème. Le plantain moyen, quand à lui, a des fleurs plus claires, regroupées en un épi un peu plus long que celui du lancéolé, avec des étamines roses. La floraison se fait du bas vers le haut. Donc quand on voit la crête d’étamines en bas de l’épi floral du plantain lancéolé, on sait que la floraison démarre tout juste. Est-elle en haut de l’épi, la floraison touche à sa fin. Elle se déroule du mois de juin à octobre.

Grand plantain, fleurs - photos Andreas Rockstein
Grand plantain (plantago major), fleurs – photo Andreas Rockstein
Plantain lancéolé (plantago lanceolata), fleurs - photo stanze
Plantain lancéolé (plantago lanceolata), fleurs – photo stanze
Plantain moyen (plntago media), fleurs - photo Andreas Rockstein
Plantain moyen (plntago media), fleurs – photo Andreas Rockstein

Les fruits sont des capsules qui s’ouvrent en « boite à savon » et qui contiennent 2 graines pour le plantain lancéolé et moyen et une dizaine de graines pour le grand plantain. Un seul pied de plantain peut donner jusqu’à 14000 graines par an !! Enorme, non ?!

Le plantain : traces de pas des hommes blancs

Et c’est grâce à ses graines, accrochées aux chaussures et aux roues des charrettes que le grand plantain a fait le tour du monde… Les Amérindiens l’appelaient les « traces de pas de l’homme blanc ».  En effet, les substances mucilagineuses contenues dans les graines les font gonfler en contact avec l’humidité et augmentent leur adhérence. C’est ainsi qu’elles s’accrochaient aux chaussures et même aux sabots des chevaux et traversaient l’océan sur les bateaux des émigrants. Une fois arrivées en Amérique, les graines retrouvaient alors le sol des bords de routes. Et ce qui contribua à son installation c’est que le grand plantain (plus encore que le lancéolé) aime les sols compactés. Donc il n’avait aucun mal à s’implanter sur le bord des voies de passage…

Le grand plantain indique les sols compactés

Chez nous aussi, le grand plantain se trouve essentiellement dans les endroits où le sol est tassé : les prairies d’élevage piétinés par le bétail, les endroits de passage des machines agricoles, les allées des jardins, les bords des routes et des chemins… Le tassement du sol provoque de l’anaérobie (absence d’oxygène dans le sol) ainsi qu’une saturation régulière en eau qui entraîne l’asphyxie de la microfaune et de la microflore du sol. La présence du grand plantain indique donc un sol à problèmes. Mais, comme on l’a déjà évoqué dans d’autres articles, il est là pour y remédie en même temps (voir l’article sur le pissenlit).

Plantain lancéolé = sol équilibré

Le plantain lancéolé, quant à lui, indique un sol équilibré et une bonne activité microbienne en aérobie (présence d’oxygène). D’après Gérard Ducerf (encyclopédie des plantes bio-indicatrices) c’est une plante des meilleures prairies, indispensable à la santé du bétail, particulièrement des ovins.

Plante médicinale depuis l’antiquité

En parlant de santé… Le plantain est une des plantes médicinales les plus utilisées depuis l’antiquité. Il faut retenir deux domaines d’application principales :

  1. Pour soigner les inflammations de la peau et des muqueuses
  2. Pour soigner les allergies

Anti-inflammatoire pour la peau

De la piqûre d’ortie et d’insectes, en passant par les irritations cutanées jusqu’à l’eczéma, le plantain soulage et soigne. Quand vous vous faites piquer par des orties le plantain est super pratique et efficace. Généralement il n’y a que quelques pas à faire pour trouver du plantain dans les parages. Vous en cueillez une ou deux feuilles que vous écrasez bien entre les doigts pour en faire sortir le jus et vous l’appliquez sur les piqûres. Vous allez vite sentir la douleur s’apaiser.  Christophe Bernard AltheaProvence conseille de mâcher les feuilles de plantain pour les appliquer en cataplasme sur des piqûres d’insecte. En plus d’être anti-inflammatoire, le jus du plantain est antiseptique et cicatrisant.

Anti-inflammatoire des muqueuses

Les gorges irritées, les inflammations des gencives, de l’œsophage, de l’estomac et des intestins ainsi que les bronchites et les inflammations oculaires seront, selon lui, plutôt soignées avec des infusions. Pareil pour les allergies. Par contre, le plantain (comme la plupart des plantes) n’agit pas immédiatement. Il faut en faire des cures d’au moins deux semaines pour sentir les effets.

Susanne Fischer-Rizzi (Medizin der Erde) conseille, pour les affections de la gorge et des poumons, la préparation d’un sirop de plantain à base de feuilles de plantain et de miel que l’on fait fermenter pendant 3 mois dans un bocal enterré.

Le nom du plantain, plantago, viendrait de « planta » qui veut dire plante des pieds. On y voit le lien avec la forme de la feuille du grand plantain. Cette dernière, placée dans les chaussettes avant une randonnée, a déjà soulagé plus d’un randonneur.

Des graines à usages multiples

Les graines du plantain peuvent servir de laxatif mécanique. Les mucilages qui les recouvrent les font gonfler et créent un gel autour d’elles. Les graines de plantain les plus utilisées sont le psyllium, provenant d’un plantain méditerranéen, le plantago psyllium. Il est aussi utilisé en cuisine végane pour travailler les consistances des aliments. En industrie alimentaire il est connu comme épaississant. Les inflorescences de plantain étaient jadis vendues sur les marchés pour nourrir les oiseaux de ses graines.

Le plantain pour se reminéraliser

Le plantain a une forte teneur en vitamines B et C. Il est riche en protéines et en minéraux : Il contient du potassium, calcium, magnésium, silice, phosphore, zinc et cuivre… de quoi se faire de bonnes cures de reminéralisation ! Vous pouvez faire une cure avec des infusions bien dosées. … Mais si on s’en faisait plutôt de bons plats ?!

Goût de champignon

Je viens de croquer une feuille de plantain lancéolé et j’ai encore son goût dans la bouche. C’est mon plantain préféré pour la cuisine parce que ses feuilles sont moins coriaces que celles du grand plantain. Et en plus j’en ai partout autour de chez moi. Son goût est légèrement amer, mais une fois que vous avez bien mâché la feuille il se dégage un goût rappelant le champignon, très sympathique. La partie de la plante qui développe le plus ce goût de champignon est l’inflorescence. Un délice !

Disponible partout et toute l’année

J’utilise le plantain toute l’année. Même à cette époque hivernale, je ramasse les feuilles les plus belles, au centre de la rosette. Elles ne sont en effet pas très nombreuses et moins grandes à cette époque, mais elles sont toujours là ! J’en conviens, elles sont plus coriaces qu’au printemps. Mais pas plus qu’en plein été quand la chaleur le dessèche. Au lieu d’ajouter les feuilles crues aux salades, ce que je fais avec celles du printemps, je vais, en ce moment, plutôt les utiliser cuites ou hachées menues voire mixées comme dans ma recette de la semaine.

Emploi en cuisine

De toute façon, je préfère, à toute époque, hacher les feuilles de plantain avant emploi et ceci à cause des nervures. Prenez une feuille de plantain, tenez là à chaque extrémité et tirez pour casser la feuille. Vous allez voir des fils dépasser de chaque morceau de feuille à l’endroit des nervures. Ces fils-là ne sont pas spécialement agréables à sentir dans la bouche quand ils sont entiers. Pour y remédier, il suffit de couper les feuilles en travers.

Une fois hachées plus ou moins grossièrement, vous pouvez les préparer en légume, en confectionner des omelettes, des quiches, les ajouter à vos céréales (riz, quinoa, polenta…), les incorporer dans de la pâte à pain, en farcir des crêpes… Les adeptes de jus de légumes et de smoothies peuvent ajouter les feuilles à leurs mélanges vitaminés.

Les feuilles du grand plantain peuvent servir de support pour les farcir par exemple avec un fromage frais aux herbes : Poser une cuillerée de fromage sur la feuille de plantain et faire tenir les deux extrémités de la feuille avec un cure-dent. Cette présentation est sympathique en bouchée apéritive. Mais attention aux fils dans les nervures, le mieux est de choisir des feuilles bien jeunes.

Inflorescences délicieuses

Ce n’est que l’année dernière que j’ai découvert le goût exquis des inflorescences en bouton. Pour le plantain lancéolé ce sont les petits épis compacts de couleur marron ou noire. Le mieux est de les cueillir avant qu’elles ne fleurissent, donc avant que se montre la crête d’étamines blanches. Je les croque tels quels, je les ajoute aux salades, je les fais revenir à la poêle avec des oignons ciselés, je les sers en omelette… Tout est bon ! On peut aussi les cueillir avec les pétioles, tremper l’inflorescence dans de la pâte à beignets et faire cuire rapidement dans l’huile. Une préparation un peu plus fastidieuse mais qui donne un joli rendu de « sucette » qui fera son effet optiquement et gustativement ! On peut également conserver les petits épis dans l’huile.

Minuscules graines à goût de noisette

Il y a aussi les graines : on les récolte à partir du mois d’août. Elles contiennent des matières grasses et on peut en extraire une huile. Mais je ne vous dis pas le temps à passer à ramasser ces minuscules graines avant d’avoir l’espoir d’en obtenir une fiole d’huile… Le goût de noisette des graines est par contre très agréable. Je les grignote lors de mes balades. Et quand j’ai la patience d’en récolter une coupelle pleine, je m’en sers pour les parsemer sur mes légumes, sur une bonne salade ou pour les incorporer dans des galettes de légumes et de céréales.

Graines de plantain lancéolé
Graines de plantain lancéolé

Les racines sont comestibles aussi mais je n’en ai pas encore fait l’expérience. Il reste toujours des choses à découvrir… !

Une recette simple pour l’apéro

Venons à la recette de la semaine. Le pistou est une préparation que je réalise régulièrement avec de nombreuses plantes différentes. Il est assez rapide à préparer et permet de consommer les plantes crues. Et comme nous vivons dans le pays des champions de l’apéro, le pistou donne une alternative originale et saine à des grignotages industriels pleins de mauvaises graisses et d’exhausteurs de goût qui sont trop souvent servis à ces occasions…

Pistou de plantain

Ingrédients

Ingrédients

  • Un bol plein de feuilles de plantain
  • Un demi bol de graines de tournesol
  • Une gousse d’ail
  • 8-10 cuillerées à soupe d’huile d’olive

Préparation

Laver et essorer les feuilles de plantain. Les hacher.

Feuilles de plantain lancéolé

Dans le bol du robot type blender mixer les graines de tournesol.

Graines de tournesol Graines de tournesol mixées

Ajouter les feuilles de plantain hachées, l’ail et l’huile d’olive.

Ajouter les feuilles de plantain

Mixer encore afin d’obtenir un mélange pâteux.

Ingrédients mixés

Servir sur des tranches de pain en apéritif ou en accompagnement de légumes, de pâtes ou de pommes de terre en robe des champs.

Pistou de plantain

Une recette simple et efficace que vous pouvez réaliser avec plein d’herbes différentes : grande berce, ortie, origan, lamier, pimprenelle etc…

J’espère que vous n’hésiterez plus à utiliser les différents plantains en cuisine ou à l’occasion de la prochaine attaque d’orties ! Vos n’avez qu’à y gagner. Vous hésitez encore ? Dites-moi quels en sont les raisons en commentaire. J’essaierai de vous apporter des réponses.

Merci d’avoir lu cet article jusqu’au bout et à la semaine prochaine pour une nouvelle découverte !

 

 

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  • 3
  •  
    3
    Partages
  •  
  •  
  • 3

9 thoughts on “Le plantain – un indispensable à connaître !

    1. Bonjour Charlène. D’après Susanne Zischer Rizzi, il faut remplir un bocal avec une couche de 1 cm de feuilles de plantain sèches. Verser du miel liquide. Remettre une couche de feuilles de plantain, verser du miel etc. jusqu’à ce que le bocal soit plein. On attend quelques heures que ça se tasse, on remet du miel si besoin (l’ensemble du plantain doit être recouvert). On ferme le bocal avec plusieurs couches de papier sulfurisé que l’on fixe à l’aide d’un fil de fer. Creuser un trou dans le sol de 50cm, y poser le bocal, une planche sur le dessus pour bien le fermer et recouvrir de terre. Laisser fermenter pendant 3 mois, filtrer puis réserver au frais dans des fioles.
      J’ai bien envie d’essayer ce printemps.

  1. c’est rigolo je fais quasiement la même recette mais avec de l’ortie et il se trouve que le plantain appaise les piqures d’ortie (utile en promenade avec les enfants 😉 )
    Je vais tester ta recette Merci pour cette belle idée

  2. Bonjour Nathalie merci pour ton site passionnant et qui ouvre tant d’horizons totalement inconnus pour un néophyte comme moi. Peut on encore manger l’inflorescence du plantain quand elle est en fleur ?
    De manière générale, puis je considérer que quand tu ne donnes pas d’alerte explicite de danger, je ne cours aucun risque de mauvais usage d’une plante ? J’entends par mauvais usage un usage dangereux pour la santé. Encore merci et félicitations pour l’œuvre d’ensemble. Jean-Michel

    1. Merci Jean-Michel,
      L’inflorescence de plantain peut se manger si la floraison démarre juste. Après, elle ne va pas être nocive mais moins agréable à manger car sèche et fibreuse.
      Je ne dirais pas qu’il n’y a aucun risque de mauvais usage d’une plante… Je donne l’état actuel de mes connaissances, basées sur un nombre assez important de sources et (pour une grande partie des plantes que je cite) de nombreuses années d’expérience. Quand je connais des dangers d’usage, je les évoque. Mais il peut toujours y avoir des spécificités liées à l’environnement dans lequel a été cueillie la plante, par rapport à l’état de santé des personnes qui les mangent, ou des problèmes “d’abus”. Par là je comprend la surconsommation d’une plante par excès par exemple. Car chaque plante a des vertus médicinales… C’est comme pour le café : une tasse par jour peut être stimulant, 10 tasses par jour peut créer des problèmes de santé…

Laisser un commentaire